DIVERTISSEMENT
25/01/2021 01:52 EST | Actualisé 25/01/2021 02:03 EST

«Tout le monde en parle»: Martin Matte revient sur le tollé suscité par l'une de ses pubs de Maxi

«Personnellement, je ne l'aurais pas enlevée.»

Jean-Christophe Blanchet via Facebook/Martin Matte

Martin Matte était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche 24 janvier, quelques jours avant la diffusion du tout premier épisode de la série Les beaux malaises 2.0, sur les ondes de TVA.

Guy A. Lepage a profité de l’énième présence de l’humoriste sur son plateau pour discuter avec lui d’un tout autre malaise, soit celui qui avait suivi la diffusion d’une publicité de Maxi, en mai dernier, après que certains eurent jugé celle-ci grossophobe.

Dans le spot en question, Martin Matte exhibait fièrement «sa nouvelle silhouette», après avoir un peu trop abusé des nombreux produits d’ici en vente dans la chaîne de supermarchés pendant le premier confinement.

À peine quelques heures après sa mise en ligne, Maxi avait supprimé la publicité de sa page Facebook, puis en avait proposé une version «légèrement modifiée», après que l’organisme ANEB Québec l’eut dénoncée publiquement, jugeant qu’elle «pourrait avoir un impact sur la détresse psychologique, la honte et la culpabilité en raison des messages véhiculés.»

Martin Matte a expliqué que, tout au long de la conception du spot et du processus d’approbation, personne n’avait émis la moindre réserve au sujet de celle-ci.

«C’est un clin d’œil, tout simplement, au fait qu’en confinement, on mange plus. Et je riais de moi qui mange plus [...] C’est bon enfant. Il n’y a rien qui dit qu’on rit des personnes en surpoids, ce n’est pas ça. C’est du dessin animé, c’est une niaiserie», a-t-il déclaré.

Martin Matte a souligné une fois de plus que la majorité des commentaires qu’il avait reçus au moment de la controverse avaient été positifs. S’il dit respecter l’opinion de ceux qui ont moins apprécié, il ne croit pas que la levée de boucliers d’une minorité d’individus auraient dû mené à la suppression de la publicité en question.

«Je comprends Maxi, ils ont une clientèle. Personnellement, si c’était moi, je ne l’aurais pas enlevé», a-t-il déclaré.

Il faut dire que les milieux de l’humour et des médias sont de plus en plus poussés à employer un ton politiquement correct et à offrir du contenu qui n’est pas susceptible d’offenser qui que ce soit, sous peine de subir un lynchage public sur les réseaux sociaux.

Et comme pour tout bon débat de société, autant une telle prise de conscience peut mener à des changements positifs, autant elle peut aussi entraîner des débordements.

À cet effet, Martin Matte a expliqué que des scènes des Beaux malaises 2.0 allaient inévitablement mettre certains téléspectateurs mal à l’aise (c’est le titre de l’émission, après tout), mais qu’il n’était pas question de réagir à la critique en retirant un épisode.

«Il y a peut-être 98 pour cent des gens qui ont trouvé ça drôle. Donc il y a un ou deux pour cent des gens [qui n’ont pas apprécié], et on retire tout? Moi, ça me trouble. Les beaux malaises, il y en a qui vont trouver que ça va trop loin, que ce n’est pas correct. Tu as le droit, mais on n’enlèvera pas l’épisode», a-t-il conclu.

Tout le monde en parle est diffusée le dimanche à 20h, sur les ondes d’ICI Télé.