DIVERTISSEMENT
18/05/2020 07:30 EDT

«Tout le monde en parle»: le cri du coeur de Gino Chouinard

«Comment ça se fait qu’on l’a échappé à ce point-là?», s’est demandé celui qui a déjà travaillé comme préposé aux bénéficiaires.

Facebook/Gino Chouinard

Gino Chouinard était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche 17 mai, et l’animateur de Salut Bonjour est revenu sur cette fameuse entrevue qui l’a ému aux larmes il y a quelques semaines, en plus de faire le point sur l’évolution de son mandat en temps de crise.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le rôle de l’émission Salut Bonjour a quelque peu changé, se concentrant davantage sur le volet information, et moins sur les composantes habituelles d’une émission de services.

Même si l’émission est désormais diffusée une heure plus tard, Gino Chouinard se lève toujours à la même heure pour gérer la charge de travail plus imposante.

C’est dans le cadre de cette situation exceptionnelle que l’animateur a mené une entrevue qui l’a particulièrement touché au cours des dernières semaines avec Samuelle Vezina, une jeune femme de 18 ans qui a décidé de faire oeuvre utile en allant travailler au front dans les CHSLD de Varennes et de Boucherville.

Si ce beau moment de télévision a fait énormément réagir sur les réseaux sociaux, Gino Chouinard considère tout de même «l’avoir échappé».

«On essaie de retenir au maximum nos émotions quand on est à la télé, parce qu’on veut garder notre tête [...] Sais-tu quoi? C’était beau ce qu’elle a dit, c’était un message d’espoir extraordinaire», a-t-il lancé à Guy A. Lepage.

«Il y a des gens qui quittent les centres de soins parce qu’ils en ont ras le pompon. Et là, on a une jeune fille de 18 ans à l’écoute du premier ministre qui dit: “Moi, je vais aller aider dans un CHSLD. Je vais aller risquer, d’une certaine façon, ma vie pour travailler là”. Je l’ai trouvée assez lucide, belle et lumineuse! Je me suis revu à 18 ans, quand je payais mes études comme préposé aux bénéficiaires. C’était exactement là que j’étais.»

Le nerf de la guerre

Revenant sur sa propre expérience, Gino Chouinard a alors abordé la situation catastrophique avec laquelle doivent actuellement composer les patients et le personnel des CHSLD, tout en dénonçant la façon dont nous traitons collectivement les personnes âgées. Un sujet qui s’est, évidemment, souvent retrouvé à l’avant-plan dans les médias depuis le début de la pandémie, qui a fait des ravages chez les aînés.

On a beau leur offrir de belles nouvelles bâtisses, si notre façon de les traiter ne change pas, ce n’est pas la bâtisse qui va faire la différence.Gino Chouinard

«Je pense qu’on a vraiment dépersonnalisé les services aujourd’hui, malheureusement. Il y a de très bons CHSLD, il y a des gens qui gèrent ça de façon extraordinaire. Mais il y a aussi des gens qui gèrent ça pour faire du cash, au détriment des patients, a-t-il déclaré. À l’époque, je travaillais dans un seul hôpital. Je connaissais tous les patients où je travaillais. Il y avait trois étages de patients. On était deux la nuit pour changer 30 patients avec une infirmière. Ce n’est plus comme ça. Comment ça se fait qu’on l’a échappé à ce point-là?»

«Ils meurent de soif, ils meurent de solitude, on ne prend pas soin d’eux. Il va falloir qu’on revoit notre façon de traiter nos vieux, au sens positif du terme [...] On a beau leur offrir de belles nouvelles bâtisses, si notre façon de les traiter ne change pas, ce n’est pas la bâtisse qui va faire la différence, a-t-il conclu.

Tout le monde en parle est diffusée le dimanche à 20h, sur les ondes d’ICI Télé.

À voir également: