POLITIQUE
13/09/2019 10:50 EDT

Des incidents qui ont marqué les tournées électorales

On ne peut pas tout prévoir pendant une campagne électorale!

Bettmann via Getty Images
Photo d'archives de Pierre Elliott Trudeau. 

L’équipe de campagne de Justin Trudeau a dû se trouver d’urgence un nouvel avion après que l’appareil nolisé par le Parti libéral du Canada eut été endommagé, mercredi soir, dans un accrochage avec un autobus sur le tarmac de l’aéroport de Victoria.

L’autobus qui transportait les représentants des médias entre l’aéroport et leur hôtel s’est approché trop près de l’avion, causant des dommages visibles sous l’aile de l’appareil.

Cet incident n’est pas sans rappeler bien d’autres anecdotes de voyage en campagne électorale dans l’histoire politique canadienne.

Tel père, tel fils

En 1980, un incident semblable est venu perturber le déroulement de la campagne du père de Justin Trudeau, Pierre. Un autobus transportant des journalistes et des membres du personnel politique est entré en collision avec l’avion du Parti libéral sur le tarmac de l’aéroport de Winnipeg.

«C’était juste complètement étrange, se rappelait l’animateur radio Jim Maclean dans une entrevue accordée au site iPolitics en 2015. L’aile de l’avion est passée à travers la fenêtre, au-dessus de la tête du chauffeur d’autobus, en faisant éclater la vitre.» 

Pierre Elliott Trudeau a dû monter à bord d’un vol commercial pour se rendre à son événement suivant dans le sud de l’Ontario. Le rassemblement prévu a été retardé de plusieurs heures. Personne n’a été blessé, mais les dommages matériels ont été estimés à 10 000 $.

Tournée estivale en rade

En prévision de la campagne de 2011, le chef libéral de l’époque, Michael Ignatieff, avait lancé une tournée estivale à travers le pays pour encourager ses troupes avant la lutte contre les conservateurs de l’ex-premier ministre Stephen Harper.

Mais dès le tout premier jour de la tournée, l’«Express libéral» transportant des journalistes, des députés, de jeunes employés politiques et bien sûr le chef libéral s’est soudainement immobilisé sur une route de campagne près d’Hawkesbury, en Ontario. La transmission de l’autobus venait de lâcher.

Une heure plus tard, Michael Ignatieff et les représentants des médias ont été pris en charge par des voitures et des fourgonnettes qui les ont emmenés jusqu’au rassemblement prévu où attendaient 300 militants libéraux.

«Nous avons eu un petit problème sur la route près d’Hawkesbury, a raconté M. Ignatieff à ses partisans. Il y a une rumeur qui circule disant que Stephen Harper aurait été vu cette nuit en train de se sauver avec de l’huile à moteur sur les mains.»

Une photo et des roues d’autobus

Quand la chef du parti Wildrose, Danielle Smith, a tenté de prendre le pouvoir en Alberta en 2012, le dévoilement de son autobus de campagne a légèrement déraillé en raison du positionnement malencontreux de son immense photo.

L’imposant portrait de Mme Smith a été maladroitement disposé et les roues de l’autobus se trouvaient au niveau de sa poitrine.

La Presse canadienne

Les images de l’autobus se sont multipliées sur internet et ont fait le tour des réseaux sociaux. Même le célèbre animateur américain du «Tonight Show», Jay Leno, s’en est moqué.

Danielle Smith et le Wildrose ont pris la chose en riant et ont simplement changé d’autobus le temps que la photo soit positionnée autrement.

Les bloquistes se perdent

En 1997, Gilles Duceppe en était à sa toute première campagne à titre de chef du Bloc québécois à la suite du départ de Lucien Bouchard qui venait de faire le saut en politique provinciale.

L’un des événements auquel le chef devait participer avait été retardé d’une heure parce que l’autobus transportant les représentants des médias s’était perdu sur des routes rurales du Québec.

Selon ce qu’a rapporté le quotidien The Gazette, Gilles Duceppe était si furieux qu’il a congédié le chauffeur d’autobus et deux employés de la campagne du Bloc.

Paul Chiasson/La Presse canadienne

Gilles Duceppe a connu quelques autres accrocs au cours de cette même campagne, dont le célèbre incident du bonnet.

La photo du chef bloquiste portant un filet sur la tête en visitant une fromagerie l’a hanté pour le reste de sa carrière politique et demeure aujourd’hui un accessoire fétiche pour les caricaturistes.