NOUVELLES
06/08/2019 19:33 EDT | Actualisé 19/08/2019 07:56 EDT

Le tireur de l'Ohio avait de l'intérêt pour les idéologies violentes

Le chef de la police de Dayton a déclaré que le jeune homme avait exprimé «son désir de commettre une tuerie de masse».

ASSOCIATED PRESS
Des gens en deuil apportent des fleurs à un mémorial de fortune, le mardi 6 août 2019, à l'intention des personnes décédées et blessées dans le district de l'Oregon après une fusillade massive survenue tôt dimanche matin à Dayton.

Le tireur qui a abattu neuf personnes le week-end dernier dans l’Ohio avait exprimé le désir de commettre une tuerie de masse et manifestait de l’intérêt pour les idéologies violentes, selon les enquêteurs.

Le FBI a ouvert une enquête pour tenter de déterminer quelles idéologies ont influencé Connor Betts, âgé de 24 ans.

Un responsable du FBI à Cincinnati, Todd Wickerham, a indiqué que la police fédérale cherchait à savoir qui pourrait avoir aidé Connor Betts et pourquoi il a choisi de cibler spécifiquement le quartier des bars de Dayton dans la nuit de samedi à dimanche.

Il n’a pas voulu dire si le FBI pourrait traiter le dossier comme un cas de terrorisme intérieur, comme il l’a fait pour la tuerie de samedi à El Paso, au Texas.

Le chef de la police de Dayton a quant à lui déclaré que le jeune homme avait exprimé «son désir de commettre une tuerie de masse».

Le tireur portait un masque et une armure pare-balles lorsqu’il a ouvert le feu avec un fusil d’assaut de type AR-15 à l’extérieur d’un bar. Il a tué son frère cadet et huit autres personnes avant d’être abattu moins de 30 secondes plus tard.

Une ancienne copine du jeune homme a par ailleurs affirmé qu’il lui avait montré une vidéo de la fusillade dans une synagogue de Pittsburgh lors de leur premier rendez-vous.

Dans une déclaration écrite transmise mardi à l’Associated Press, Adelia Johnson indique que Connor Betts plaisantait souvent au sujet de ses pensées sombres. Il lui aurait avoué qu’il souffrait d’un trouble bipolaire, mais elle dit qu’elle n’a pas été effrayée par ses propos, pensant qu’ils étaient un symptôme de sa maladie mentale.

La jeune femme rapporte avoir rencontré Connor Betts dans un cours de psychologie à l’université cette année. Ils se sont fréquentés pendant quelques mois, jusqu’en mai.

Ils se seraient trouvé des affinités en raison des troubles de santé mentale dont ils souffraient tous les deux. Adelia Johnson a expliqué qu’elle était suivie pour ses problèmes, mais que Connor Betts «ne voulait pas chercher de l’aide à cause de la stigmatisation».

«Quand il a commencé à plaisanter au sujet de ses pensées sombres, j’ai compris», a-t-elle écrit. «Les pensées sombres d’une personne souffrant de maladie mentale ne sont qu’un symptôme qu’il faut apprendre à gérer.»

Cet article a été mis à jour pour refléter le fait que les rapports initiaux ont mal identifié le genre de la soeur de Betts, qui s’identifiait en privé comme Jordan Cofer, un homme transgenre, selon Splinter et BuzzFeed.

À VOIR AUSSI: