POLITIQUE
27/11/2020 15:06 EST | Actualisé 27/11/2020 15:06 EST

Des tests de CO2 dans les écoles dès la semaine prochaine

Le ministère de l'Éducation se fait rassurant sur la qualité de l'air en classe.

Klaus Vedfelt via Getty Images

Les centres de services scolaires (CSS) ont déjà pris des mesures pour assurer une bonne qualité d’air dans les écoles, selon un rapport commandé par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. 

Des tests pour mesurer le niveau de CO2 dans l’air seront par contre effectués à partir du 1er décembre.

Le rapport publié vendredi et intitulé «État d’avancement des mécanismes de contrôle de la qualité de l’air intérieur mis en place par les CSS» montre que l’entretien des systèmes se fait dans les établissements.

Quelques résultats

  • L’entretien ménager des systèmes de ventilation a été complété de manière conforme à 97,5 %.
  • Les CSS ont «presque complété à 99,93 %» le relevé de concentration de radon dans les bâtiments scolaires.
  • Les travaux visant à répertorier les matériaux susceptibles de contenir de l’amiante sont quant à eux exécutés à 99,19 %. 
  • Les travaux d’installation de détecteurs de monoxyde de carbone dans les bâtiments où des appareils à combustion sont utilisés sont exécutés à 98,31 %.

Le ministre Roberge demande par contre aux CSS d’effectuer des tests, à compter du 1er décembre, pour garantir que le niveau de dioxyde de carbone dans l’air des classes soit conforme aux normes en vigueur.

En cas de «non-conformité», il demande à ce que les CSS procèdent rapidement aux travaux et aux ajustements requis, possiblement pendant la période des Fêtes.

Il rappelle avoir bonifié les ressources pour le réseau (1,6 milliard $ pour la rénovation d’écoles, aide financière supplémentaire de 20 millions $ pour l’entretien des systèmes de ventilation).

«Je veux rassurer la population. Nos milieux scolaires sont sains et sécuritaires», a déclaré M. Roberge dans un communiqué publié vendredi.

«Je suis rassuré de constater que les données compilées démontrent que les mécanismes de contrôle mis en place sont efficaces.»

Un «projet secret» qui inquiète

Plus tôt cette semaine, un collectif de médecins et d’experts inquiets de la qualité de l’air dans les écoles et de la transmission de la COVID-19 a dévoilé les résultats d’un «projet secret»

Le groupe COVID-STOP a recruté 12 enseignants pour tester l’air dans 25 classes de la région de Montréal avec des machines communément appelées CO2Meter et CO2Mini.

Dans trois classes sur quatre testées incognito, la ventilation était problématique et les taux de CO2 dépassaient le niveau acceptable de 700 à 800 ppm, a-t-il indiqué.