NOUVELLES
22/02/2020 17:50 EST

Test négatif pour un rapatrié du Diamond Princess qui ne se sentait pas bien

Cette personne, dont on ignore l’identité, faisait partie d’un groupe de 129 Canadiens qui sont rentrés au pays vendredi à bord d’un avion nolisé par le gouvernement fédéral.

THE CANADIAN PRESS/AP/Eugene Hoshiko
Un bus transportant les passagers du bateau de croisière Diamond Princess en quarantaine quitte un port à Yokohama, près de Tokyo (photo d'archives)

Les nouvelles sont encourageantes pour une personne, parmi les Canadiens rapatriés d’un bateau de croisière au Japon, qui ne se sentait pas bien à son arrivée au pays.

Cette personne a subi un test pour déterminer s’il avait contracté le nouveau coronavirus COVID-19. Ce test s’est avéré négatif.

Cette personne, dont on ignore l’identité, faisait partie d’un groupe de 129 Canadiens qui sont rentrés au pays vendredi à bord d’un avion nolisé par le gouvernement fédéral après des semaines de confinement dans leur cabine à bord du Diamond Princess, au Japon.

Le groupe a entamé une autre période de mise en quarantaine, pour deux semaines, cette fois au Centre Nav à Cornwall, où chaque personne est en isolement et sous surveillance.

L’Agence de la santé publique du Canada a confirmé qu’une personne du groupe n’allait pas bien après son arrivée au Canada. Celle-ci a immédiatement subi un nouveau test dont le résultat est négatif.

En fin d’après-midi, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Teresa Tam, a indiqué sur Twitter qu’il n’y avait pour le moment aucun cas positif parmi les Canadiens rapatriés en quarantaine à Cornwall.

«Ces personnes sont déjà en isolation, et nous sommes prêts à évaluer et à prendre en charge en toute sécurité toute personne dont le test de dépistage est positif», a-t-elle écrit.

Tous les passagers du Diamond Princess ont dû se soumettre à un test des autorités japonaises, pour détecter la présence du COVID-19, avant de pouvoir quitter le navire qui était amarré à Yokohama, depuis le début de février.

Ce bateau de croisière est devenu le plus grand foyer de contamination au nouveau coronavirus à l’extérieur de la Chine, où a pris naissance l’épidémie.

À VOIR AUSSI: Les Hongkongais fabriquent leurs propres masques face à la pénurie