BIEN-ÊTRE
15/05/2019 11:46 EDT

La taxe soda a fait chuter les ventes de boissons sucrées à Philadelphie

Moins 38%, c’est la chute des ventes de boissons sucrées à Philadelphie depuis que la taxe soda a été imposée en janvier 2017.

Lemon_tm via Getty Images

Moins 38%. C’est la chute des ventes de boissons sucrées à Philadelphie depuis que la taxe soda a été imposée en janvier 2017, selon une étude publiée dans le Journal de l’académie américaine de médecine mardi 14 mai. Selon ses auteurs, elle montre l’intérêt de ces taxes pour lutter contre l’obésité.

Dans cette ville de 1,6 million d’habitants sur la côte Est des États-Unis, la taxe est d’environ 50 cents de dollar américain par litre. Les grandes surfaces, supermarchés et petits commerces ont plus ou moins répercuté la taxe et, dans les rayons, les prix des bouteilles et canettes ont augmenté en moyenne de 24 à 53 cents l’unité selon le type de magasin.

Résultat: les ventes à Philadelphie ont chuté de moitié en 2017 par rapport à 2016, montre l’analyse fondée sur des données de caisses dans des magasins représentant le quart des ventes de boissons dans la ville.

“Taxer est l’une des stratégies les plus efficaces pour réduire la consommation”

Les consommateurs ont partiellement compensé en se rendant dans les magasins frontaliers, où les ventes ont augmenté. Cependant, même en prenant ces achats en compte, la baisse nette des ventes est estimée à 38%.

 

Pour s’assurer que la baisse est bien due à la taxe, les chercheurs ont aussi comparé Philadelphie à Baltimore où il n’y a pas de taxe. Là-bas, les ventes sont restées stables.

Les économistes “peuvent être rassurés sur l’une des bases de leurs théories”, s’amuse Christina Roberto, professeure de politique de santé à l’université de Pennsylvanie : si le prix d’un produit augmente, les gens en achètent moins.

“Taxer les boissons sucrées est l’une des stratégies les plus efficaces pour réduire la consommation. Cette politique de santé publique est selon moi une évidence”, explique t-elle à l’AFP. 

Son objectif est de réduire l’obésité. Un problème majeur aux États-Unis où près d’un Américain sur deux est en surpoids. Elle vise également à faire reculer d’autres problèmes de santé liés à la surconsommation de sucre, comme les caries ou le diabète.

Aux États-Unis, les enfants consomment 17% de leurs calories par des sucres ajoutés au lieu des 10% recommandés, et la moitié de ces sucres vient de boissons.

La taxe soda est aussi testée ailleurs

Sept villes américaines ainsi que la France ou encore le Mexique ont imposé ces dernières années des taxes sodasvisant à dissuader la consommation de ces boissons.

La France a adopté une taxe soda en 2013, mais ses résultats étaient mitigés. Elle a donc été modifiée et depuis l’été dernier, elle varie selon le taux de sucre, tout en restant généralement inférieure aux taux américains. Par exemple, elle est de l’ordre de 15 centimes d’euros ( 25 cents canadiens) par litre de soda. D’autres marques ont préféré baisser la teneur en sucre.