POLITIQUE
30/11/2020 13:02 EST | Actualisé 30/11/2020 13:17 EST

Suggestions de lecture de François Legault: l'Association des libraires du Québec s'excuse

François Legault s'est dit «soulagé» de voir l'ALQ revenir sur une décision qui «n'avait pas de bon sens».

L’Association des libraires du Québec (ALQ) a présenté lundi midi ses excuses après avoir supprimé des publications présentant les suggestions de lecture de François Legault.

«Voyant le flot de commentaires déferler la semaine dernière, j’ai pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux de l’Association. Je réalise aujourd’hui qu’il s’agissait d’une erreur et je m’en excuse», a commenté Katherine Fafard, directrice de l’ALQ dans une publication sur Facebook.

«Mon intention n’a jamais été de heurter qui que ce soit ni de censurer quoi que ce soit, car cela va à l’encontre des valeurs fondamentales de l’Association et de notre engagement envers la liberté d’expression», a-t-elle ajouté.

L’ALQ a été accusée par plusieurs d’avoir «censuré» le premier ministre, dont les recommandations littéraires présentées mercredi dernier ne faisaient pas l’unanimité.

Mme Fafard avait expliqué dimanche au Journal de Québec que des internautes avaient reprochés à l’ALQ d’offrir une tribune au premier ministre alors qu’il refuse de reconnaître le racisme systémique. L’inclusion du livre de Mathieu Bock-Côté, L’empire du politiquement correct avait aussi fait sourciller. Les publications ont donc été supprimées en réponse à ces critiques.

Or, «ce n’est aucunement dans la mentalité des librairies indépendantes de verser dans toute forme de censure», a assuré le président de l’ALQ, Éric Simard, assurant que le geste «malheureux et regrettable» de sa collègue «n’est pas représentatif de l’approche de tous nos membres qui défendent quotidiennement et inlassablement la diversité des publications».

Legault «soulagé»

Réagissant publiquement pour la première fois à la controverse, M. Legault s’est dit «soulagé» que l’ALQ soit revenue sur sa décision.

«On va se le dire franchement: la décision de l’Association des libraires du Québec de retirer mes suggestions de lecture, ça n’avait pas de bon sens», a-t-il écrit dans une longue publication sur Facebook.  «On ne peut pas accepter qu’une poignée de militants radicaux piétinent notre liberté d’expression pour défendre leurs dictats. Ça va beaucoup trop loin.»

Il admet avoir été «fâché» en apprenant que ses suggestions de lectures avaient été supprimées. «Mais j’étais aussi triste. Je suis un grand amoureux de la lecture. Je me fais un plaisir de lire chaque soir avant de me coucher. Et je me fais un devoir de partager ma passion.»

Tout en rappelant l’importance de «dénoncer la censure» et de ne «jamais baisser la garde sur notre liberté d’expression», il a demandé aux Québécois de ne pas pénaliser les libraires indépendants pour la décision de l’ALQ.

«Allez acheter un livre québécois dans une libraire québécoise pendant le temps des fêtes, a-t-il écrit. On doit encourager nos auteurs. C’est la meilleure réponse qu’on peut offrir à ceux qui veulent les faire taire.»