NOUVELLES
20/10/2020 08:11 EDT | Actualisé 21/10/2020 11:31 EDT

COVID-19: stress en hausse au Canada, selon un sondage

Les deux sources principales d’inquiétude des Canadiens sont, d’une part, la durée et la sévérité de la pandémie, et d’autre part, l’isolement social et la santé des proches.

MONTRÉAL — Un nouveau sondage laisse croire que la santé mentale des Canadians est mise à l’épreuve pendant la pandémie de COVID-19, le quart d’entre eux affirmant que leur niveau de stress a augmenté cet automne par rapport à la première vague du coronavirus, au printemps dernier.

Le sondage réalisé du 16 au 18 octobre par la firme Léger en collaboration avec l’Association d’études canadiennes précise qu’à peine 19 % des répondants constatent que leur état mental est meilleur cet automne qu’en mars et avril derniers, alors que 54 % croient qu’il est à peu près le même.

Les deux sources principales d’inquiétude des Canadiens sont, d’une part, la durée et la sévérité de la pandémie, et d’autre part, l’isolement social et la santé des proches. 

Le vice-président exécutif de Léger, Christian Bourque, s’attend à ce que l’hiver soit très long pour bien des Canadiens s’ils devaient être incapables de fraterniser avec les membres plus éloignés de leur famille pendant le temps des Fêtes, une période de ressourcement.

Malgré les inquiétudes suscitées par la crise, les sondages font voir que la proportion de répondants qui affirment que leur santé mentale est restée stable depuis mars dernier oscille entre 35 % et 46 %; elle était de 36 % la semaine dernière.

Le volet du sondage Léger réalisé aux États-Unis révèle qu’en comparaison à mars, la santé mentale de 24 % des gens a fait des progrès et qu’elle s’est détériorée chez 16 % des personnes interrogées. Environ la moitié des répondants aux États-Unis qualifient leur santé mentale de bonne ou d’excellente, comparativement au tiers des personnes intererogées au Canada.

Christian Bourque est d’avis qu’une proportion appréciable d’Américains minimisent la pandémie, leur président ayant promis qu’un vaccin serait disponible au cours des prochaines semaines.

Le sondage a été réalisé en ligne auprès de 1512 Canadiens et 1001 Américains, tous d’âge adulte. Aucune marge d’erreur n’a pu être calculée.