POLITIQUE
30/08/2019 10:03 EDT

Stephen Harper en vedette dans une vidéo pour une campagne de financement conservatrice

L'ancien premier ministre affirme que le Canada est à un «tournant».

Les conservateurs font encore une fois appel à Stephen Harper pour les aider à faire valoir qu’ils méritent de former le prochain gouvernement.

L’ancien premier ministre est en vedette dans une nouvelle vidéo qui a été mise en ligne jeudi dans le cadre d’une campagne de collecte de fonds préélectorale. Dans celle-ci, Harper affirme que le Canada est à un «tournant».

«À l’heure actuelle, les familles qui travaillent durement se débrouillent, mais elles n’avancent pas», dit Harper, dont les cheveux ont grisonné depuis la dernière fois que de nombreux Canadiens l’ont vu.

Harper déclare dans la vidéo que le chef conservateur Andrew Scheer et lui-même savent qu’il est «temps pour vous de vivre mieux».

«Cela n’est possible qu’avec un gouvernement qui vit selon ses moyens. Avec un gouvernement qui protège les services destinés à sa population sur lesquels les Canadiens peuvent compter en tout temps», fait-il valoir. «Nous n’avons pas ce gouvernement au Canada en ce moment.»

Capture d'écran YouTube
L'ancien premier ministre Stephen Harper s'adresse directement aux Canadiens dans cette vidéo de près 80 secondes.

Harper, qui est directeur de l’instance au sein du parti qui s’occupe du financement - le Fonds conservateur du Canada -, conclut la vidéo en demandant de verser des dons à la caisse du parti. Les conservateurs sont depuis longtemps les champions en matière de collecte de fonds au niveau national.

«Faisons d’Andrew Scheer le prochain premier ministre du Canada», lance Harper. 

L’ancien premier ministre ne fait aucune mention des libéraux ni de son successeur, le premier ministre Justin Trudeau.

Les libéraux, quant à eux, évoquent constamment le nom de Harper à la Chambre des communes ainsi qu’à l’extérieur des murs de celle-ci. Ils prétendent que Scheer ramènerait les Canadiens à l’ère Harper.

Dans un discours prononcé en juin devant des donateurs libéraux à Ottawa, Trudeau a déclaré que Scheer «ne prend aucune décision importante sans consulter Stephen Harper».

Les libéraux utilisent Harper dans une nouvelle publicité

Dans une nouvelle publicité libérale mise en ligne cette semaine, qui dévoilait le slogan du parti, «Choisir d’avancer», Trudeau a présenté l’élection d’octobre comme un choix entre deux options.

«Avancer ou revenir en arrière aux années Harper», a déclaré le chef libéral.

 

Le Parti libéral a également utilisé la vidéo mettant en vedette Harper dans un courriel envoyé jeudi, appelant ses partisans à faire des dons à la caisse du parti.

«Faites un don maintenant pour choisir d’avancer avec Justin Trudeau plutôt que de revenir en arrière sous Stephen Harper. Désolé, nous voulions dire Andrew Scheer», peut-on lire dans le courriel.

Harper a démissionné de son poste de député en août 2016 et a créé son propre cabinet-conseil. Un an plus tard, il a fait la une des journaux après l’obtention par La Presse canadienne d’une note de service sur la gestion des négociations de l’ALENA. Harper avait alors exprimé ses préoccupations à propos de l’état des négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain et avait averti le président américain Donald Trump de ne pas «bluffer» pour mettre fin à l’accord.

«Le gouvernement canadien doit prendre conscience de cette réalité: ça n’a pas d’importance que les propositions américaines actuelles soient pires que ce que nous avons maintenant», indiquait la note de service. «Ce qui compte, c’est de savoir s’il vaut la peine de conclure un accord commercial avec les Américains ou non.»

Trudeau et la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avaient alors insisté pour accuser Harper et Scheer de vouloir que le Canada «capitule» devant les demandes des États-Unis. Il s’agit d’un dossier susceptible de refaire surface au cours de la campagne électorale.

Lorsqu’il s’est adressé au Canadian Club de Toronto l’année dernière pour promouvoir son livre sur la montée du populisme dans le monde, M. Harper a déclaré qu’il est «sans équivoque que les États-Unis ont obtenu un bon accord» avec l’accord restructuré, qui n’a pas encore été ratifié.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

À voir: Sylvie Fréchette fait le saut en politique