NOUVELLES
23/10/2019 08:13 EDT | Actualisé 23/10/2019 13:14 EDT

Un homme aurait tué ses deux enfants dans un domicile à Montréal

Le SPVM a indiqué qu’il pourrait s’agir «de deux meurtres suivis d’un suicide».

Un homme de 40 ans aurait tué ses deux enfants âgés de 5 et 7 ans avant de s’enlever la vie, mardi soir, dans une résidence de Montréal.

Le Bureau du coroner a confirmé l’identité du père, Jonathan Pomares, mais ne dévoilera pas l’identité des victimes mineures. Leur décès a été constaté sur place par les ambulanciers. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a indiqué qu’il y avait des signes de violence sur le corps des deux enfants.

Selon TVA Nouvelles, ce serait la mère et conjointe de l’homme qui aurait découvert l’horrible scène en revenant du travail.

Les policiers du SPVM sont arrivés sur place un peu après 21h sur la rue Curatteau près de l’avenue Pierre-De Coubertin, dans le quartier Tétreaultville à Montréal.

L’agent Manuel Couture du SPVM a indiqué que «les policiers ont répondu à un appel à la centrale 911 d’une plaignante qui disait avoir découvert trois personnes possiblement décédées» et en se rendant à l’intérieur du domicile, les patrouilleurs ont découvert le corps d’un homme de 40 ans ainsi que les corps de deux jeunes enfants».

La police privilégie la thèse du double meurtre suivi d’un suicide; «ils essaient toujours de comprendre comment cela s’est passé», a déclaré l’agent Couture.

Les deux jeunes victimes sont un garçon de 7 ans et une fillette de 5 ans. Radio-Canada rapporte que les parents étaient sur le point de se séparer.

Les enquêteurs ont interrogé les voisins et ont terminé leur travail sur les lieux vers 9h mercredi matin. Les enquêteurs ont dû aussi retracer des membres de la famille à l’étranger pour les informer du drame.

Il y avait plusieurs scènes de crime à l’intérieur de la maison puisque les trois corps n’auraient pas été retrouvés au même endroit. 

Des policiers bouleversés

La scène était particulièrement horrible et les policiers qui ont été appelés sur les lieux se sont vu offrir une aide psychologique. «Nous sommes des policiers, mais aussi des mères, des pères de famille, et la première chose que le commandant du poste a faite, ça a été de les retirer du dossier et de leur accorder l’attention et l’aide dont ils avaient besoin», a souligné l’agent Couture.

En entrevue au 98,5 FM, la conjointe de l’un des premiers policiers à être arrivés sur les lieux a indiqué qu’il lui avait téléphoné en pleurant en sortant de la demeure. 

Un porte-parole de la Commission scolaire de Montréal a aussi déclaré qu’une aide psychologique avait été offerte aux enfants de l’école fréquentée par les deux jeunes victimes.

Êtes-vous dans une situation de crise? Besoin d’aide? Si vous êtes au Canada, trouvez des références web et des lignes téléphoniques ouvertes 24h par jour dans votre province.

- Avec des informations de La Presse canadienne

À voir également: