BIEN-ÊTRE
13/08/2019 17:16 EDT | Actualisé 21/08/2019 10:03 EDT

La génération Z: accro à son téléphone, mais heureuse

3,6 heures. C'est le temps moyen passé par les jeunes âgés entre 13 et 17 ans sur leur téléphone, chaque jour.

Hero Images via Getty Images

Ils sont préoccupés par le sort de la planète, se mettent beaucoup de pression pour réussir à l’école et leur téléphone est effectivement un peu le prolongement de leur main... mais ils sont globalement heureux. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé auprès de jeunes âgés entre 13 et 17 ans, visant à dresser un portrait de la génération Z.

Une tranche de la population plutôt méconnue, selon Canidé et Callosum, les deux agences de marketing qui ont lancé le coup de sonde.

«Nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas beaucoup de données sur cette génération au Québec, explique Rachel Desbiens-Després, directrice générale et chef de la stratégie chez Canidé. Et ça nous a donné envie d’aller explorer sur ces jeunes, qui sont nos citoyens de demain.»

Le sondage, réalisé auprès de 1000 jeunes âgés entre 13 et 24 ans, divise les résultats selon deux catégories, la «Gen Z» (13-17 ans) et les Milléniaux (18-24 ans). Premier constat: 63% des répondants de la génération Z se disent heureux. 

Capture d'écran Canidé/Callosum

Le principal objectif de vie de ces jeunes est de trouver un métier qui leur plaira (59% des répondants). Pas étonnant, donc, que beaucoup d’entre eux avouent se mettre beaucoup de pression. 

 

Capture d'écran/Canidé et Callosum

Accros à la techno

Le mythe selon lequel les ados d’aujourd’hui ne peuvent se séparer de leur téléphone est tenace. Mais qu’en est-il dans les faits? Eh bien, les jeunes de 13 à 17 ans passent en moyenne 3,6 heures sur leur téléphone, chaque jour. Mais c’est moins que leurs aînés, les milléniaux, qui scrutent leur cellulaire en moyenne 4,3 heures par jour. Constat étonnant (ou déprimant?): les jeunes considèrent que cela est un «passe-temps», et ils le préfèrent aux sports ainsi qu’aux arts et à la culture.

Capture d'écran/Canidé et Callosum

«S’il n’y avait pas d’appareils électroniques, je serais triste, mais je serais soulagée», a résumé une fille de 15 ans pendant les entretiens menés dans le cadre de ce sondage.

Préoccupés par l’environnement

L’enjeu de société qui semble le plus important pour les jeunes de 13 à 17 ans est la protection de l’environnement. 

« Je me demande si mes enfants auront un futur», illustre une ado de 14 ans.

Paradoxalement, peu d’entre eux font des gestes concrets pour améliorer le sort de la planète, à part recycler.

Capture d'écran/Canidé et Callosum

«Ça ne se concrétise pas en actions plus développées, constate Rachel Desbiens-Després. Est-ce que c’est parce qu’ils ne savent pas quoi faire? Est-ce qu’ils sont trop dépendants de leurs parents?», se demande-t-elle.

Selon les agences de marketing qui ont effectué le sondage, ces nouvelles données permettront non seulement aux marques, mais aussi aux instances gouvernementales et aux organismes de santé publique de mieux rejoindre la génération Z et de la sensibiliser à des sujets comme l’éducation ou la consommation d’alcool, par exemple. 

En attendant, les jeunes, lâchez votre téléphone et faites donc du compost! 😉