54% des Québécois envisagent de quitter leur emploi, selon un sondage

La pandémie mondiale a entraîné des changements majeurs dans le monde du travail.

Près de la moitié des Canadiens envisageraient de quitter leur emploi actuel. Au Québec, ce chiffre monte à 54 %. Conséquences de la pandémie mondiale qui a entraîné des changements majeurs dans le monde du travail.

Ce sont les résultats frappants tirés du sondage du onzième Guide salarial annuel de Hays Canada, une compagnie de recrutement internationale.

  • 49 % des Canadiens envisagent sérieusement de quitter leur poste actuel (54% au Québec, 52 % en Ontario, 45 % en Alberta, 41 % en Colombie-Britannique)

  • 71 % des employeurs au Canada sont au moins quelque peu optimistes quant aux perspectives d’emploi futures au Canada. Au Québec, ce sont 77 % des employeurs qui le sont (complètement, moyennement ou assez optimistes).

  • Les employés estiment que les plus grands défis à leur bien-être sont le manque d’interaction sociale (45 %), l’isolement / la solitude (27 %) et l’augmentation de la charge de travail (25 %). Au Québec, le manque d’interaction sociale arrive également en première place (48 %) suivi de :

    • l’isolement et la solitude (29 %)

    • l’augmentation de la charge de travail (20 %)

    • l’environnement de travail (19 %)

    • le manque de temps (16 %)

  • 43 % des salariés déclarent qu’aucune mesure n’a été prise par leur employeur pour contribuer à leur bien-être durant la pandémie.

Le sondage a été mené sur un échantillon représentatif de 1 946 Canadiens (en anglais et en français) à travers le pays, entre le 29 juillet et le 25 août 2020, afin d’en savoir plus sur les tendances en matière de salaire et d’emploi, directement auprès des concernés.