NOUVELLES
05/08/2019 16:48 EDT

SNC-Lavalin: Fitzgibbon plus préoccupé par les défis de gestion que les finances

La vente d’une partie de sa participation dans l’autoroute 407 devrait rapporter près de 3 milliards de dollars à la firme.

La Presse Canadienne
Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon n’est pas inquiet pour SNC-Lavalin au plan financier; il se montre cependant préoccupé quant aux défis qui attendent la nouvelle direction au plan de la gestion.

Vendredi dernier, SNC-Lavalin a dévoilé des résultats décevants pour son deuxième trimestre et a encore une fois été ébranlée en Bourse. Son titre a terminé en zone négative à huit occasions au cours des 10 dernières séances depuis le 22 juillet.

Interrogé à ce sujet lundi, lors d’une conférence de presse à Montréal sur un autre sujet, le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec s’est voulu rassurant quant à la solidité financière du géant du génie et de la construction.

Il a souligné que la vente d’une partie de sa participation dans l’autoroute 407 — une autoroute à péage dans la grande région de Toronto — doit permettre à SNC-Lavalin d’ajouter près de 3 milliards $ dans ses coffres.

On ignore cependant à quel moment au juste le montant sera versé. «La question, c’est quand vont-ils recevoir l’argent. L’enjeu n’est pas si, mais quand ils vont recevoir l’argent», a insisté le ministre québécois de l’Économie.

«Assumons qu’ils vont recevoir l’argent, je suis très confortable sur le bilan financier de SNC-Lavalin», a-t-il conclu.

Il s’est montré plus préoccupé par les décisions que devra prendre le nouveau président et chef de la direction par intérim, Ian L. Edwards.

 «M. Edwards a un travail énorme à faire pour se départir d’opérations où il y a eu trop de risques et où il y a eu de mauvaises performances et, surtout, pour retenir le talent. Aujourd’hui, on est dans un environnement où il y a une pénurie de main-d’oeuvre. Le plus important, ce n’est pas seulement de les embaucher, mais de les retenir. Je pense que s’il y a un souci chez SNC-Lavalin, c’est de retenir le talent. Il faut rapidement qu’on aide cette société-là à redorer son blason. Et ce n’est pas un enjeu financier, c’est un enjeu opérationnel», a conclu le ministre Fitzgibbon.

À VOIR AUSSI: Élections Canada maintient la date du scrutin.