NOUVELLES
29/05/2019 08:18 EDT | Actualisé 29/05/2019 08:19 EDT

SmartHalo présente la 2e génération de son système pour vélo

La start-up québécoise avait fait fureur avec la première version de son appareil.

SmartHalo

La start-up québécoise SmartHalo revient à la charge. Après l’énorme succès de son premier système pour vélo, l’entreprise a annoncé ce mercredi la deuxième version de son appareil.

Plusieurs changements ont été apportés à SmartHalo 2 qui permet, tout comme sa première génération, de transformer sa bicyclette en vélo connecté, notamment avec les options de navigation GPS et de système d’alarme.

Comme en 2015, SmartHalo lance une campagne sur Kickstarter. Lors du dévoilement du produit sur le site de sociofinancement il y a quatre ans, l’objectif de 67 000$ avait été largement dépassé alors que SmartHalo avait réussi à amasser plus de 500 000$. Cette fois, l’objectif de la campagne est de 75 000$.  

«La communauté de Kickstarter nous a permis d’exister comme compagnie, explique Xavier Peich, PDG et cofondateur de SmartHalo. Ça avait du sens de revenir sur Kickstarter pour permettre à cette communauté d’avoir accès en premier à ce nouveau produit.»

Avec cette nouvelle version de son accessoire, SmartHalo, qui a vendu 25 000 unités de sa première génération, veut se faire connaître davantage.

«On avait un produit qui a plu à beaucoup de gens, mais c’était des personnes qui étaient prêtes à essayer une nouvelle technologie», affirme M. Peich.

Maintenant, il faut passer à la prochaine étape. Qu’est-ce qu’on fait pour que la plupart des gens aient ça sur leur vélo? On veut démocratiser l’usage de SmartHalo.Xavier Peich, PDG de SmartHalo

Les gens peuvent faire l’achat du SmartHalo 2 sur Kickstarter au prix de 174$ (120$ pour les 200 premiers et 134$ pour les 500 suivants). La livraison du produit est prévue pour le mois de décembre.

Même interface, plus d’options

L’interface circulaire reste la même sur cette deuxième génération alors que la majorité des changements sont à l’intérieur du cercle sur l’écran qui affiche maintenant du texte, des données métriques et des icônes.

La navigation, la lumière, les données de mise en forme et l’assistant pour les notifications d’appel et de texto ont tous été bonifiés, tout comme l’application.

Le changement le plus important est la grosseur et le poids du gadget en tant que tel, qui est maintenant plus petit et plus léger. Des améliorations ont aussi été apportées au système d’attache.

Plusieurs utilisateurs s’étaient plaints de la faible puissance de la lumière frontale, ce qui a maintenant été corrigé. Elle est cinq fois plus forte.

SmartHalo
L'utilisateur peut maintenant personnaliser les données métriques qu'il veut voir sur le SmartHalo 2.

Autre nouveauté, l’utilisateur peut naviguer entre les différentes options du SmartHalo avec un pavé tactile qui permet de glisser vers la gauche ou la droite. Il peut aussi personnaliser les données de mise en forme, qui s’affichent maintenant sur l’écran, et peut voir qui l’appelle ou le texte quand il reçoit la notification sur le SmartHalo.

Il faut toutefois encore utiliser son téléphone pour réaliser les appels puisqu’aucun microphone n’est intégré. SmartHalo ne peut toujours pas faire jouer de musique, ce qui sera peut-être au menu d’une génération future.

Optimiste pour la révolution cycliste

Sans pouvoir en dévoiler plus, Xavier Peich indique que son entreprise est en discussions avec différents joueurs mondiaux du marché des vélos et trottinettes en libre-service pour tenter d’y incorporer le SmartHalo.

«Il faut trouver comment le faire, tant au niveau affaires que technique», indique le PDG de l’entreprise qui a été fondée en 2014.

Ce n’est toutefois pas une tâche facile de convaincre les compagnies oeuvrant dans ce domaine de faire cet investissement. M. Peich croit toutefois que les vélos et trottinettes en libre-service sans point d’ancrage pourraient être de «meilleurs candidats pour ce que fait» SmartHalo.

Cela étant dit, le cycliste qui possède son vélo demeure la cible principale de l’entreprise montréalaise qui voit le vélo comme bien plus qu’un moyen de transport, mais aussi comme un «style de vie». Avec les investissements massifs dans les réseaux de pistes cyclables partout sur la planète, notamment avec l’annonce du Réseau express vélo à Montréal, le nombre de personnes qui font leurs déplacements en vélo devrait continuer à croître.

Mario Beauregard/La Presse canadienne

«Je suis encore super optimiste sur le vélo comme moyen de transport de l’avenir en ville. Depuis 2015, juste à Montréal, le réseau cycliste a presque doublé. Il y a eu vraiment beaucoup d’investissements là-dedans. [...] Ça se passe partout dans le monde», fait remarquer Xavier Peich.

Ce dernier croit aussi qu’il ne faut pas sous-estimer l’impact de l’électrification des vélos qui est déjà bien entamée en Europe.

«En Allemagne, par exemple, la moitié des nouveaux vélos qui sont vendus sont électriques. [...] Tous les gens qui en ce moment ne font pas de vélo à cause de la distance du bureau ou parce qu’ils ne veulent pas arriver en sueur, ce sera réglé», déclare-t-il.

La première génération de SmartHalo a été vendue dans 70 pays. L’entreprise est aussi devenue la première issue de Kickstarter à être distribuée dans les magasins Apple.

À voir également: