COVID-19 : les couples devraient faire l’amour avec un masque, selon une étude

Prévention 1. Excitation 0.

Rien de plus passionnel que de s’embrasser langoureusement pendant une partie de jambes en l’air. Mais pendant la pandémie de la COVID-19, vous devriez vous en passer, selon des scientifiques de l’université Harvard. Le port du masque est conseillé jusque dans la chambre à coucher pour les couples n’habitant pas sous le même toit.

Si le masque n’est pas obligatoire dans la plupart des municipalités québécoises, mais conseillé, une étude publiée par l’université américaine sur les comportements sexuels et la propagation du coronavirus montre qu’on devrait en enfiler un dès qu’on franchit le pas de la porte d’une personne avec qui on ne réside pas, même chez son partenaire de vie.

Les chercheurs ont d’ailleurs cru bon de lister les différents actes sexuels selon leur potentiel de contagion. Sans surprise, l’abstinence arrive au premier rang. C’est sûr que si vous ne vous touchez pas… Il est cependant indiqué que «ce n’est pas faisable pour plusieurs».

Puis suit la masturbation, le sexe virtuel sur une plate-forme vidéo à distance en avertissant des autres risques que cela comporte (que le HuffPost Québec détaillait ici), la couchette avec la personne avec qui vous êtes confiné, puis finalement - le plus dangereux - le sexe avec quelqu’un qui vit sous un autre toit.

En plus du port du masque pendant la relation sexuelle, l’étude recommande dans ce dernier cas de limiter le nombre de partenaires étrangers à votre domicile, d’éviter les baisers, le sexe oral, de prendre une douche avant et après le coït et de nettoyer toutes les surfaces que vous avez touchées pendant l’acte.

Non, cette étude n’a pas été commanditée par le pape.