NOUVELLES
21/09/2019 11:42 EDT | Actualisé 21/09/2019 17:13 EDT

Sépaq en grève: les activités de chasse perturbées

Toutes les 13 réserves fauniques et l’Auberge Port-Menier sont touchées par le débrayage.

Miguel A. Marti via Getty Images
Réserve faunique La Vérendrye

MONTRÉAL — Près de 500 employés de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) sont en grève depuis minuit samedi, perturbant ainsi les activités de chasse.

Toutes les 13 réserves fauniques et l’Auberge Port-Menier sont touchées par leur débrayage.

Ces endroits demeurent ouverts au public, mais certains services pourraient être affectés. Par exemple, les chasseurs ont accès au territoire et à leur zone de chasse, mais ils pourraient être affectés dans les services de restauration, de ménage ou de guide. Dans ces cas, des remboursements ont été prévus, a expliqué le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin.

Mais avant même d’amorcer le débrayage, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), qui représente les employés de la Sépaq en grève, a toutefois accusé l’employeur d’avoir planifié le recours à des «briseurs de grève potentiels». Une mise en demeure a donc été envoyée à la Sépaq, vendredi à midi, a indiqué le président général du SFPQ, Christian Daigle, en entrevue à La Presse canadienne samedi matin. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a été mis en copie sur le document.

«On a des informations comme quoi des gens auraient été embauchés comme guides de chasse, qui n’ont pas l’accréditation et qui ne sont pas du personnel d’encadrement, raconte M. Daigle. On sait qu’il y a des gens qui sont arrivés de l’île d’Anticosti, qui ne sont pas des gens de la Sépaq (...) pour accomplir les tâches de nos membres. Il y a également des agents de conservation de la faune qui se sont fait demander de patrouiller sur le territoire de la Sépaq alors que ce n’est pas leur mandat principal.»

 À VOIR AUSSI: Le parc où l’on y plante des arbres

Du côté de l’employeur, on conteste la perception du syndicat. Joint au téléphone samedi, le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin, a assuré qu’aucun briseur de grève ne se trouve sur le terrain des réserves fauniques touchées par la grève.

«Il n’y a que des employés-cadres, reconnus comme tels au sens du Code du travail, qui font du travail d’employé syndiqué qui sont en grève présentement», a affirmé M. Boivin.

«Le plan de contingence qui a été mis en place par la Sépaq pour s’assurer de garder l’accès au territoire, respecte le Code du travail», selon le porte-parole de la Sépaq, ce que met en doute le syndicat. 

«Présentement, tout cadre à la Sépaq ne peut pas accomplir les tâches dans les réserves fauniques parce que ça prend quelqu’un qui a les accréditations, qui fait déjà partie de l’équipe de la réserve faunique, rétorque M. Daigle. Un cadre dans un parc national n’a pas le droit d’aller dans une réserve faunique pour faire le travail, tout comme un cadre embauché après le 1er janvier 2019, donc après le début des négociations.»

Le débrayage amorcé par les syndiqués des réserves fauniques va se poursuivre jusqu’à jeudi matin, à moins d’une entente. D’autres moyens de pression ne sont pas exclus non plus de la part des 2000 autres employés syndiqués de la Sépaq, selon M. Daigle.

Les négociations entourant le renouvellement de la convention collective des employés de la Sépaq sont interrompues depuis mercredi soir, les positions des parties semblant irréconciliables.

Des demandes jugées «déraisonnables»

Plus tôt cet été, les deux parties semblaient pourtant près de s’entendre. En fait, une entente de principe avait même été conclue dans les heures précédant les vacances de la construction, mais celle-ci a été rejetée par les syndiqués qui estiment que leurs conditions salariales ne reflètent pas le coût de la vie. L’entente de principe rejetée prévoyait des augmentations d’un peu plus de 5 pour cent sur cinq ans.

«Les nouvelles demandes viennent augmenter de 50 pour cent le coût de ce qui avait été convenu à l’entente de principe qui était intervenue en juillet, déplore M. Boivin. Ces demandes ont été jugées irréalistes et déraisonnables par la partie patronale.»

C’est ce qui explique, selon lui, que les négociations soient rompues et qu’il n’y ait pas de date de retour prévue à la table de négociation présentement, même si un conciliateur est toujours impliqué dans le dossier.

Du côté syndical, Christian Daigle reconnaît que c’est le volet salarial qui est au coeur du litige. Il ne comprend pas que l’employeur n’a pas modifié son offre depuis le rejet de l’entente de principe, d’autant plus qu’il estime que cela va à l’encontre de ce que souhaite le premier ministre François Legault, lui-même.

«C’est pourtant ce que le premier ministre Legault disait lorsqu’il a dit que les syndiqués devraient s’attendre à avoir le coût de la vie et pas nécessairement plus», en référence à la prochaine ronde de négociations dans le secteur public.

«Si M. Legault offre le coût de la vie pour les employés de l’État, et bien nos membres en font partie», martèle le président du SFPQ qui souligne que la moyenne salariale se situe entre 16 $ et 17 $ de l’heure pour les employés de la Sépaq.

«Eux qualifient ça de déraisonnable! À travers les dernières conventions collectives, les membres se sont appauvris parce qu’il y a eu l’austérité libérale, la crise économique. Aujourd’hui, le gouvernement du Québec nage dans les surplus budgétaires», ajoute-t-il.

Il a justement été question des surplus budgétaires dans les couloirs de l’Assemblée nationale, jeudi, mais le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, répétait qu’il souhaitait toujours une entente qui respecte la capacité à payer des contribuables québécois.

«Il faut faire attention avec les surplus. Vous savez, il y a d’autres négociations qui s’en viennent, soulignait le ministre en mêlée de presse. On a des gens dans les zecs ou dans d’autres milieux qui nous demandent de respecter leur capacité de payer et si on vient déstabiliser tout le système, à un moment donné ça ne marchera plus.»

La Sépaq compte environ 3000 employés, dont quelque 2500 travailleurs syndiqués avec le SFPQ, et plusieurs employés saisonniers. Tous ces travailleurs sont encadrés par neuf conventions collectives qui font l’objet des négociations actuelles.