NOUVELLES
23/11/2020 20:19 EST | Actualisé 24/11/2020 07:18 EST

Les déléguées syndicales la FIQ rejettent l'entente de principe avec Québec

Le syndicat retournera à la table de négociation au cours des prochains jours.

Paul Chiasson/La Presse canadienne
La FIQ représente près de 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques. (photo d'archives)

L’entente de principe sectorielle intervenue lundi entre le gouvernement du Québec et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a été rejetée par les déléguées du syndicat.

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, explique mardi dans un communiqué que les déléguées ont jugé que malgré certains gains importants, ils n’étaient pas suffisants pour donner le coup de barre nécessaire dont les professionnelles en soins ont tant besoin.

Mme Bédard affirme que le syndicat retournera à la table de négociation au cours des prochains jours.

La FIQ représente près de 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques.

La nouvelle de la conclusion d’une entente de principe avait été annoncée par Nancy Bédard et confirmée dans un communiqué par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Nancy Bédard affirmait que l’entente permettrait d’améliorer significativement les conditions de travail. La ministre Lebel soutenait pour sa part que l’accord répondait aux enjeux de surcharge de travail.

Les questions des salaires, de la retraite, des droits parentaux ou des disparités régionales n’ont pas fait partie de cette négociation. Ces thèmes sont plutôt discutés à une table centrale aux côtés de l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux).

À VOIR AUSSI: Retrait de deux provinces de la «bulle atlantique»