POLITIQUE
20/09/2019 16:45 EDT

Les subventions aux pétrolières ne seront pas réduites, promet Scheer

«Aussi longtemps qu’il existera une demande internationale pour le pétrole et le gaz naturel, le Canada devra être un fournisseur», a-t-il déclaré.

Frank Gunn/La Presse canadienne
Le chef conservateur Andrew Scheer et sa femme Jill discutent avec des passagers sur le traversier qui navigue sur la Baie de Fundy, ce vendredi 20 septembre 2019.

SAINT-JEAN, N.-B. – Le monde a besoin d’un plus grand volume de pétrole canadien, soutient le chef conservateur Andrew Scheer.

Sans surprise, M. Scheer a annoncé vendredi que les subventions à l’industrie des combustibles fossiles, que veulent éliminer les verts et les néo-démocrates, ne feront pas partie des coupes qu’il a l’intention de faire dans l’aide aux entreprises et les allègements fiscaux.

Il avait indiqué plus tôt cette semaine qu’il comptait réduire d’au moins 1,5 milliard $ la somme réservée aux subventions fédérales et aux programmes fiscaux des entreprises afin de payer une partie des 9 milliards $ de réductions fiscales, de crédits d’impôt et de dépenses promis depuis le début de la campagne.

“Aussi longtemps qu’il existera une demande internationale pour le pétrole et le gaz naturel, le Canada devra être un fournisseur, a déclaré M. Scheer lors de son passage à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Selon les prévisions, la consommation future du pétrole et du gaz naturel ne fera qu’augmenter. Il vaut mieux pour le monde et pour notre environnement que cette énergie soit fournie par le Canada.”

Les précédents gouvernements conservateurs et libéraux ont promis d’éliminer les subventions inefficaces d’ici 2025 à la suite d’engagements contractés depuis 2009 au sein du G20 et du G7.

 

Selon le groupe Environmental Defence, les subventions fédérales et provinciales aux entreprises produisant des combustibles fossiles atteignent annuellement 3,3 milliards $. Les gouvernements versent 19 $ par tonne d’émissions de gaz à effet de serre aux entreprises produisant des hydrocarbures, sapant ainsi la lutte contre les changements climatiques. La part fédérale de ce total s’élève à près de 300 millions $, sans compter les quelque 10 milliards $ de prêts accordés par Exportation et développement Canada pour aider les entreprises canadiennes à financer la production de pétrole et de gaz naturel des autres pays.

L’International Institute for Sustainable Developement soutient que le Canada dépense plus par habitant en subventions pour les producteurs d’énergies fossiles que tout autre pays du G7.

Dans le volet environnemental de son programme, M. Scheer dit vouloir exporter davantage de pétrole et de gaz canadiens, car selon lui, la réglementation environnementale stricte du Canada fait en sorte que cette énergie est plus propre que celle produite à l’étranger.

Achat d’IRM et de TDM

M. Scheer s’est par ailleurs engagé, vendredi, à investir 1,5 milliard $ pour l’achat d’appareils d’imagerie par résonnance magnétique et de tomodensitométrie pour remplacer l’équipement vieillissant et réduire du même coup les temps d’attente pour les patients.

Il a cité un rapport du Confence Board du Canada selon lequel l’attente pour des examens diagnostiques est trop longue, ce qui coûterait des milliards de dollars à l’économie.

“Aujourd’hui, le Canada est à la traîne au chapitre des appareils d’imagerie médicale, a-t-il déploré. Nous n’avons pas assez d’équipements pour répondre à la demande croissante d’examens susceptibles de sauver des vies. Le temps d’attente pour les examens et les traitements importants sont trop longs.”

M. Scheer a aussi rappelé qu’en raison du vieillissement de la population, la demande pour ces tests ne fera qu’augmenter.

Il a dit qu’il avait écrit à chaque premier ministre provincial avant les élections pour leur promettre qu’un gouvernement conservateur ne réduirait pas les transferts fédéraux pour les soins de santé et l’éducation. Au contraire, il s’est engagé à les augmenter d’au moins 3 pour cent par année.

C’était le premier passage de M. Scheer dans les Maritimes depuis le début de la campagne. Les libéraux avaient raflé l’ensemble des circonscriptions dans cette région en 2015. Les conservateurs espèrent leur en soutirer une dizaine.