NOUVELLES
15/04/2020 13:35 EDT

Scheer critique le «style orwellien» de l'OMS, mais ne veut pas suivre les États-Unis

Le chef du Parti conservateur a accusé Pékin d’avoir manqué de transparence et d’avoir voulu dissimuler des preuves de l’ampleur du virus à ses débuts.

THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld
Le chef de l'opposition, Andrew Scheer, lors d'une conférence de presse à Ottawa, le mardi 14 avril 2020 (photo d'archives)

OTTAWA - Andrew Scheer est d’avis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) adopte un «style orwellien», mais n’est pas prêt à dire que le Canada devrait suivre l’exemple des États-Unis.

Le président américain Donald Trump a décidé mardi de suspendre sa contribution à l’organisation onusienne en attendant que son rôle soit examiné dans la gestion de la crise de la COVID-19.

Il a critiqué les prises de position de l’OMS, qui seraient trop favorables à la Chine à son avis.

À Ottawa, des critiques semblables ont fusé de la part de l’opposition conservatrice dans les derniers jours.

Mercredi, le chef du parti a accusé Pékin d’avoir manqué de transparence et d’avoir voulu dissimuler des preuves de l’ampleur du virus à ses débuts, en plus d’exercer une influence sur l’OMS.

Il a pointé du doigt Dr Bruce Aylward, un Canadien haut placé au sein de l’OMS, qui aurait évité une question sur la situation de Taïwan.

Taïwan aurait été exclu de l’OMS, présumément après un lobbying soutenu de la part de Pékin qui considère Taïwan comme faisant partie de son territoire.

Selon M. Scheer, cette scène semblait tout droit sortie du roman «1984» de George Orwell, qui décrit un régime policier et totalitaire.

M. Scheer a accusé ce représentant de l’OMS d’avoir adopté un «style orwellien» en refusant de répondre à des questions légitimes, ce qui est «très troublant» à son avis.

Le conservateur réclame toujours que Dr Aylward ou tout autre représentant de l’OMS vienne témoigner devant un comité de la Chambre des communes pour répondre aux questions des députés.

Il dit que ce serait là une «première étape» vers la voie de la transparence.

À VOIR AUSSI: Trudeau et Scheer se défendent d’avoir défié les règles