Vivre

Poêles antiadhésives: faut-il se méfier de l’APFO?

Votre poêle est éraflée, est-ce grave pour la santé? On fait le point.

Une poêle antiadhésive écorchée fait-elle grimper les risques de cancer ? Devrait-on rechercher la mention « sans acide perfluorooctanoïque (APFO) » quand vient le temps de la remplacer ? Le Détecteur de rumeurs et Extenso mettent ces deux questions sur le gril.

Le principal suspect

La fabrication du revêtement antiadhésif des poêles en Téflon requérait jadis, entre autres, de l’acide perfluorooctanoïque (APFO). Cet acide a été reconnu par l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) comme étant un cancérigène probable chez le rat. Cela n’a jamais été démontré chez l’humain.

Toutefois, dès 2006, l’Agence américaine de protection de l’environnement avait identifié cette substance comme étant dangereuse pour l’environnement et avait demandé aux compagnies qui utilisent de l’APFO de réduire l’utilisation de cette substance d’ici 2010 et de cesser complètement de l’utiliser en 2015.

Le Canada a implanté en 2010 la même politique, imposant un délai de cinq ans pour l’interdiction de « la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente, l’importation et l’exportation de l’APFO » dans tous les produits. La multinationale DuPont, propriétaire de la marque Téflon et son plus grand fabricant, en a cessé l’utilisation dans la fabrication de ses ustensiles de cuisine en 2013.

Des poêles sans APFO

Depuis le 31 décembre 2015, il est donc interdit de vendre des ustensiles de cuisine en Téflon qui contiennent de l’APFO, partout en Amérique du Nord. Nul besoin donc de rechercher la mention « sans APFO » qu’on retrouve sur les emballages de nombreuses marques.

Bien sûr, si votre poêle antiadhésive date d’avant l’application de cette réglementation, il est possible qu’elle en contienne toujours. Et encore ! Il faut savoir que les poêles en céramique n’ont jamais contenu d’APFO.