POLITIQUE
11/09/2020 08:22 EDT | Actualisé 11/09/2020 09:56 EDT

Le sport de retour dans les écoles dès le 14 septembre

Il ne sera toutefois permis que dans les régions considérées comme vertes ou jaunes en vertu du nouveau système d'alerte COVID-19.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne

Les programmes Sport-études et Arts-études, ainsi que le sport interscolaire, pourront reprendre dans les écoles du Québec dès lundi prochain, le 14 septembre, a annoncé le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge vendredi.

Par voie de communiqué, son ministère affirme avoir reçu l’aval de la santé publique parce que la «situation globale» en lien avec la COVID-19 demeure «maîtrisée», deux semaines après la rentrée scolaire.

La reprise ne sera toutefois possible que dans les régions considérées comme vertes ou jaunes en vertu du nouveau système d’alertes régionales présenté plus tôt cette semaine par le ministre de la Santé Christian Dubé.

«Pour prévenir la propagation du virus en leur sein, les écoles devront apporter des modifications au fonctionnement de leur offre de service et revenir aux groupes stables fermés si leur région d’appartenance devait passer à un palier d’alerte orange», prévient Québec.

De nouvelles «bulles»

Les élèves pourront fréquenter jusqu’à deux groupes stables autres que leur groupe-classe principal dans le cadre de projets pédagogiques particuliers et d’activités parascolaires, a expliqué M. Roberge.

“Quand on fait partie d’une équipe de football, d’une troupe d’improvisation, d’une équipe de volleyball, c’est un groupe stable parce que ce sont toujours les mêmes qui sont ensemble”, a-t-il illustré.

En date d’aujourd’hui, les zones considérées comme étant jaunes (préalerte) sont: la Capitale-Nationale, l’Outaouais, l’Estrie et Laval. Toutes les autres régions du Québec sont vertes (vigilance).

Québec annonce en outre que des élèves vulnérables de différentes classes pourront être regroupés en petits groupes stables. Les élèves de 4e et 5e secondaire pourront également suivre dans des groupes stables différents leurs cours à option qui sont des prérequis pour la poursuite de leur parcours scolaire, et ce, peu importe le palier d’alerte régional.

“Maintenant, nous devons tous continuer de respecter les consignes sanitaires en tout temps, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’école. Nous avons tous un rôle à jouer pour nous assurer de maintenir une offre maximale de services pour nos jeunes, partout au Québec”, a déclaré Jean-François Roberge.

Avec La Presse canadienne