Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La majorité des restrictions demeureront en place après le 8 février, prévient Legault

Le premier ministre s'inquiète à l'approche de la semaine de relâche. Même si certaines restrictions seront levées dans quelques régions dès le 8 février, il faut s'attendre à ce que le couvre-feu perdure.
François Legault, Horacio Arruda et Christian Dubé. (photo d'archives)
François Legault, Horacio Arruda et Christian Dubé. (photo d'archives)

Il faut s’attendre à ce que la majorité des mesures sanitaires demeurent en place pour les semaines à venir. Quant au couvre-feu, le premier ministre François Legault n’a pas encore été en mesure de préciser jeudi s’il sera encore en vigueur partout dans la province.

Lundi, le premier ministre annonçait qu’il pourrait y avoir un déconfinement graduel dans certaines régions où la situation est moins critique à compter du 8 février. Il fera certaines annonces à ce sujet la semaine prochaine. Malgré tout, il a servi un avertissement aux Québécois.

«On doit continuer de faire des efforts. On va faire certains assouplissements, mais je veux être très clair, il va falloir être réaliste, la majeure partie des mesures de confinement vont rester», a-t-il déclaré en conférence de presse. Le couvre-feu fonctionne bien, selon le premier ministre. Il est d’avis que cette mesure a permis de convaincre les plus récalcitrants.

Selon Legault, la situation continue de s’améliorer au Québec, mais 1264 hospitalisations, c’est un nombre encore beaucoup trop élevé, s’est-il alarmé. Il est d’autant plus inquiet dans le contexte où la semaine de relâche scolaire approche.

Protéger les aînés

Le premier ministre en a profité pour demander aux Québécois de continuer à faire attention aux personnes âgées de plus de 65 ans.

«On ne peut pas imaginer une personne de 65 ans dans un chalet avec des personnes avec qui elle n’habite pas, ou qu’elle garde les enfants parce qu’ils sont en relâche scolaire. On va arriver avec des mesures, mais on a des inquiétudes. On se rappelle tous ce qui est arrivé l’année passée au congé scolaire», a-t-il exprimé.

Pour visionner la conférence de presse:


«Une date qui va devenir très importante, c’est quand aurons-nous vacciné toutes les personnes de 65 ans et plus, a poursuivi Legault. Ça va changer complètement la situation au Québec».

Jeudi matin, on apprenait que le Canada recevra encore moins de vaccins que prévu dans les prochaines semaines, de sorte que les cibles de vaccination de la province sont à nouveau bousculées. «Avec les nouvelles qu’on a, cette date-là s’éloigne. Ça vient ajouter aux raisons de continuer nos mesures de confinement», a affirmé le premier ministre.

Le variant britannique inquiète

Alors qu’Ottawa n’a toujours pas annoncé de nouvelles mesures pour restreindre les voyages non essentiels, Québec est toujours préoccupé par l’arrivée des nouveaux variants du coronavirus au pays, particulièrement le variant britannique, plus contagieux.

Actuellement, au Royaume-Uni, il y a 37 000 hospitalisations, a évoqué M. Legault. «C’est comme si on avait 4600 hospitalisations au Québec. Si le variant s’installait au Québec comme au Royaume-Uni, ce serait la catastrophe dans nos hôpitaux», s’est alarmé le premier ministre, qui a, encore une fois, imploré Justin Trudeau d’agir, soit en interdisant les voyages non essentiels, soit en imposant une quarantaine surveillée à l’hôtel pour les voyageurs.

«J’ai revérifié avec les juristes du gouvernement, il n’y a pas de moyen pour le gouvernement du Québec de déposer une loi sans risque important de contestation pour gérer à la place du gouvernement fédéral la quarantaine des voyageurs qui reviennent au Québec», a précisé Legault.

Commémoration nationale

François Legault a également annoncé que le 11 mars, il y aura une journée de commémoration nationale en hommage aux Québécois décédés de la COVID-19 dans la dernière année.

«On veut faire une cérémonie spéciale. On veut que toute la nation québécoise offre ses condoléances aux familles dont les proches sont partis trop vite», a annoncé le premier ministre. «Au-delà des chiffres, il y a des personnes, il y a des familles.» Et la meilleure façon de leur rendre hommage, a-t-il dit, c’est de «continuer à suivre les consignes».

À VOIR ÉGALEMENT:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.