NOUVELLES
03/07/2019 20:27 EDT

Le décès d'une aînée restée sur son balcon pendant 36 heures interroge

La dame de 93 ans, qui habitait un appartement pour personnes autonomes, ne portait pas son bracelet d'urgence.

vmargineanu via Getty Images

Le coroner enquête sur la mort d’une femme de 93 ans qui est morte après être restée inerte pendant environ 36 heures sur le balcon de sa résidence pour aînés.

Marie-Rose Gauthier habitait dans un appartement pour personnes autonomes d’une résidence de Saguenay. Sa famille croit qu’elle a fait une chute la veille de la Fête nationale, le 23 juin, et qu’elle n’a pas pu se relever.

Mme Gauthier a été découverte le 25 juin en état de déshydratation et d’hypothermie. Elle est morte trois jours plus tard à l’hôpital.

Sa fille, Denise Ouellet, indique que sa mère avait toutes ses facultés, mais elle était encline à faire des chutes et à avoir de la difficulté à se relever en raison de problèmes aux genoux.

La dame ne portait pas son bracelet d’urgence qui aurait pu lui permettre d’alerter quelqu’un de sa chute.

justhavealook via Getty Images
Image d'archives

Mme Ouellet et son frère étaient allés voir leur mère ce jour-là, dans l’après-midi. Lorsque son frère l’a appelée plus tard en soirée, elle prenait un verre sur son balcon en attendant le souper. 

«Elle m’a décrit, l’après-midi, ce qu’elle mangerait pour le souper, et quand ils l’ont retrouvée le mardi matin, le souper était sur le comptoir, donc elle n’est pas rentrée souper», a expliqué Mme Ouellet.

«Maman serait tombée sur son balcon. Maman, elle tombait souvent.»

Généralement, sa mère portait un bracelet qui alertait les employés en cas de problème.

«Elle portait son bracelet — mais à ce moment-là, dimanche le 23, elle ne l’avait pas dans son poignet», a-t-elle relaté. Le bracelet a été retrouvé sur sa table de nuit.

En raison des nombreuses chutes et de certains problèmes de santé de sa mère, Mme Ouellet s’inquiétait pour elle et a tenté de la faire emménager dans une unité supervisée, ce que Mme Gauthier a refusé.

La dame avait également annulé un service gratuit, qui permettait à des bénévoles d’appeler les résidants deux fois par jour pour s’assurer que tout allait bien — une information que la famille a apprise après sa mort.

Des mesures réclamées

Mme Ouellet aimerait que de nouvelles mesures soient adoptées pour éviter qu’une autre personne âgée ne se retrouve dans la même situation. Elle propose notamment d’inscrire des niveaux d’autonomie dans les baux, puisqu’ils peuvent changer d’année en année.

Elle suggère également aux résidences pour aînés d’ajouter quelques mesures de sécurité pour mieux surveiller les personnes âgées.

L’enjeu de la sécurité des aînés a été au centre des débats, récemment, lors de la publication du rapport du coroner sur la mort d’une dame de 93 ans, qui est morte d’hypothermie en janvier dernier après être restée coincée à l’extérieur de sa résidence par un froid glacial.

La mort d’Hélène Rowley Hotte Duceppe, la mère de l’ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, était accidentelle, mais des images des caméras de sécurité montraient que la femme avait tenté de revenir dans la résidence — ce qui suggère que sa mort aurait probablement été évitable.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, est en train de revoir les règles concernant les résidences pour personnes âgées, mais le gouvernement n’a pas voulu commenter le cas de Mme Gauthier avant la fin de l’enquête du coroner.

Mais selon la FADOQ, un regroupement qui représente les personnes âgées, c’est aux aînés de prendre leurs propres responsabilités et de profiter des nouvelles technologies pour assurer leur sécurité.

«C’est une situation malheureuse qui aurait pu être évitée avec des moyens qui sont tout simples, sans nécessairement ajouter un fardeau de législation très lourd», a soutenu Patrice St-Pierre, directeur général de la section locale de la FADOQ.

«La dame ne portait plus son bracelet de sécurité, elle avait décidé de ne pas déménager dans un logement pour des personnes en perte d’autonomie», a-t-il souligné.

À VOIR AUSSI: L'hôtel plus avantageux que la maison de retraite, selon un Texan