Des restaurateurs font un doigt d’honneur à François Legault

La tension grimpe alors que plusieurs établissements sont menacés de fermeture.
Le chef propriétaire du restaurant Le Mousso, Antonin Mousseau-Rivard
Le chef propriétaire du restaurant Le Mousso, Antonin Mousseau-Rivard

Des chefs réputés du Québec s’en prennent au premier ministre François Legault sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’inaction de son gouvernement par rapport au milieu de la restauration durement affecté par la pandémie. Un symbole commun : un doigt d’honneur ou une chandelle qui brûle… à vif.

«Le temps presse… Ce n’est plus une question d’aide, mais de réanimation. Les prêts ne panseront jamais les cicatrices. Où sont les subventions? La chandelle brûle», écrit Antonin Mousseau-Rivard, chef propriétaire des restaurants Le Mousso et Le Petit Mousso, accompagné d’une photo saisissante montrant un doigt d’honneur enflammé.

Le 1er octobre, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon s’était engagé à verser une aide d’urgence aux restaurants, bars et micro-brasseries en zone rouge, via le programme d’Aide aux entreprises en région en alerte maximale. Québec promettait de rembourser 80% des frais fixes comme le loyer, les taxes et les assurances jusqu’à concurrence de 15 000$.

Or, cette aide se fait toujours attendre et les restaurateurs sont impatients.

Les chefs David McMillan et Gabriel Drapeau du groupe Joe Beef (Liverpool House, Vin Papillon, Vin Mon Lapin, McKiernan), et Vianney Godbout-Lescouzères de Maisonnette Bistro ont joint le mouvement de contestation sur Instagram, en identifiant directement le premier ministre dans leurs publications avec un emoji de doigt d’honneur.

Un geste félicité par le chef vedette Stefano Faita (Impasto, Gema, Vesta, Chez Tousignant) et le chef propriétaire du Dandy, Michael Tozzi, notamment.

Même combat, autre moyen

«Si je connais d’autres restaurateurs frustrés? Oui, plein. Est-ce que de faire un doigt d’honneur est la solution? Je ne pense pas. C’est percutant, le message est là, mais ça ne fais pas avancer le dialogue», croit pour sa part, le restaurateur Mathieu Ménard (Blind Pig, Minéral), membre du conseil d’administration de la Nouvelle Association des Bars du Québec.

Il comprend la colère du milieu de la restauration et des bars, lui-même étant très affecté par la crise, mais espère pouvoir garder un discours ouvert avec le gouvernement afin d’enfin obtenir des «aides directes»

«Mon opinion est simple et claire. M. Legault a gagné sa campagne en 2018 avec le slogan “ensemble“, il est temps pour son gouvernement de prouver ce qu’ensemble veut dire et qu’il sauve une industrie qui, depuis les 20 dernières années positionne Montréal et le Québec comme destination gastronomique à l’international. Il y aura un lendemain à cette crise», se désole-t-il en entrevue avec le HuffPost Québec.

«M. Legault dit que 95% des entreprises fonctionnent bien au Québec. Il est peut-être temps de consacrer du temps au 5% qui va mal.»

10 délicieux riesling secs à la SAQ