POLITIQUE
21/05/2020 08:42 EDT

COVID-19: le PQ réclame une aide directe de l'État aux restaurants

Le PQ insiste pour que cette aide aux entrepreneurs qui ont subi des pertes considérables soit accordée de toute urgence et sans condition.

pashapixel via Getty Images

QUÉBEC — Le chef parlementaire du Parti Québécois (PQ), Pascal Bérubé, et son porte-parole en matière d’Économie, le député Martin Ouellet, appellent le gouvernement du Québec à verser directement une aide d’urgence aux restaurateurs, des gens d’affaires grandement éprouvés par les conséquences de la pandémie de COVID-19.

Le Parti Québécois insiste pour que cette aide aux entrepreneurs qui ont subi des pertes considérables soit accordée de toute urgence et sans condition. Il propose qu’elle soit modulée en fonction de la différence par rapport aux revenus de l’an dernier de ces entrepreneurs, à la même période.

Le chef parlementaire propose aussi que Québec fasse preuve de souplesse dans l’application du règlement concernant les normes d’aménagement des établissements. À son avis, on doit notamment permettre l’installation de structures pour assurer le respect des consignes de distanciation sociale.

Le PQ rappelle que les restaurants représentent un des principaux maillons de la chaîne agroalimentaire québécoise. En 2018, l’industrie de la restauration a acquis pour 2,5 milliards $ de produits locaux.  

La troisième opposition à l’Assemblée nationale affirme que ces entreprises attirent les touristes, dynamisent les régions, mettent en valeur les produits du terroir québécois et emploient des milliers de travailleurs.

Le PQ cite un sondage de l’Association Restauration Québec qui montre que plus des deux tiers des établissements ont subi le mois dernier un effondrement de 81 % de leur chiffre d’affaires par rapport à celui d’avril 2019.

Mardi, un sondage publié par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) signalait que 50 % des petits entrepreneurs du Canada ne seront pas en mesure de payer leur loyer de juin sans aide additionnelle, et que pour le secteur de l’hébergement et de la restauration, ce pourcentage s’élevait à 70 %.

À VOIR: la COVID-19 sème le désastre dans l’industrie de la restauration