POLITIQUE
14/04/2020 14:39 EDT

Reprise des travaux à l'Assemblée nationale: l'opposition accentue la pression

Elle souhaite que le gouvernement Legault tienne quatre périodes d’échanges virtuels et publics dès la semaine prochaine pour aborder entre autres la situation dans les CHSLD.

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
Une Assemblée nationale à moitié vide siège pour adopter quelques motions avant de fermer, le mardi 17 mars 2020 à l'Assemblée législative de Québec. Des mesures ont été prises pour se préparer à la pandémie de COVID-19.

QUÉBEC — Les trois partis d’opposition piaffent d’impatience de reprendre les travaux parlementaires, un mois après la fermeture de l’Assemblée nationale en raison de la crise de la COVID-19.

Mardi, les leaders parlementaires du Parti libéral du Québec (PLQ), de Québec solidaire (QS) et du Parti québécois (PQ) ont accentué la pression sur le gouvernement Legault afin qu’il tienne quatre périodes d’échanges virtuels et publics dès la semaine prochaine pour aborder entre autres la situation dans les CHSLD.

La reprise officielle des travaux à l’Assemblée nationale, qui était prévue pour le 21 avril, sera vraisemblablement repoussée au 5 mai.

En entrevue avec La Presse canadienne mardi, le leader parlementaire du PQ, le député de René-Lévesque Martin Ouellet, affirme avoir mal réagi aux propos du premier ministre François Legault, selon lesquels le gouvernement est trop occupé à gérer la crise sanitaire pour répondre aux questions des oppositions. 

M. Legault avait également déclaré la veille en conférence de presse que si les partis d’oppositions avaient des questions pour lui, ils pouvaient passer par les journalistes qui les poseraient à leur place.

«On a trouvé ça un peu abrutissant pour notre travail d’une part, et surtout pas respectueux du travail des oppositions et du travail de reddition de comptes qui est notre rôle comme législateurs», a affirmé M. Ouellet.               

Les propos du premier ministre ont d’ailleurs «activé» la production d’une lettre conjointe publiée lundi soir, a-t-il ajouté.

La missive de trois pages était adressée au leader du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, et au président de l’Assemblée nationale, François Paradis.

Dans cette lettre, on souligne que les prochaines semaines vont nécessiter la prise de «décisions cruciales» qui vont déterminer l’avenir du Québec.

On cite notamment les soins et les conditions d’hébergement des aînés; les renforts pour appuyer le personnel de la santé; comment redémarrer l’économie; comment affronter la récession; et comment redresser le déficit créé.

À VOIR AUSSI: Québec rallonge la liste des emplois prioritaires et relance la construction