POLITIQUE
24/09/2019 19:25 EDT | Actualisé 24/09/2019 19:45 EDT

La réplique du NPD à la nouvelle promesse de Trudeau a le mérite d'être claire

C’est ce qu’on appelle «aller droit au but».

Capture d'écran, communiqué de presse du NPD
Courtoisie

Le Nouveau Parti démocratique n’a pas eu besoin d’élaborer un long texte pour faire comprendre son message. Dans un communiqué assez bref et original, le parti réplique à l’annonce de Justin Trudeau, qui compte atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050

«Vous avez acheté un pipeline», peut-on y lire.  Une réponse, simple, mais qui en dit beaucoup.

Le chef Jagmeet Singh a aussi lancé un message direct à son opposant sur Twitter. « Les jeunes Canadiens se sentent complètement abandonnés par leur gouvernement face à l’action climatique. Mais nous avons le pouvoir de changer. Alors que les libéraux construisent des pipelines et subventionnent les combustibles fossiles, nous avons partagé, aujourd’hui à Winnipeg, notre plan audacieux de lutte», a-t-il publié.

Des choix controversés

Parvenir à une émission de GES nulle d’ici 2050, non en freinant drastiquement la pollution, mais en la contrant par d’autres mesures telle que la plantation d’arbres; c’est ce qu’a promis Justin Trudeau ce matin, si les libéraux sont réélus. 

Cette promesse est drôlement critiquée, puisque Justin Trudeau a acheté l’oléoduc Trans Mountain alors que son gouvernement était en place. Un projet qui a reçu de nombreuses critiques, entre autres pour ses risques environnementaux.

Le pipeline qui relierait Edmonton au terminal pétrolier de Burnaby, en Colombie-Britannique, permettrait de tripler le nombre de barils acheminés vers la côte ainsi que d’augmenter le nombre de pétroliers de 60 à 400. Or, des déversements potentiels lors du transport entre les deux villes et du chargement sur les pétroliers ainsi que des accidents maritimes sont craints par les écologistes. 

Ce n’est pas la première fois que l’on reproche au chef du Parti libéral d’agir de façon «hypocrite» en promettant des actions gouvernementales, mais en faisant parfois des choix aux antipodes.

D’ailleurs, rappelons que le gouvernement libéral s’était fait élire en 2015 en promettant une série d’actions pour lutter contre les changements climatiques, dont des investissements dans les transports collectifs et dans les infrastructures vertes, une réduction des émissions de gaz à effet de serre, une refonte du système des évaluations environnementales, etc. 

Si le gouvernement de Trudeau a tout de même fait quelques pas en avant en matière d’environnement, l’achat de Trans Mountain le ramène vers l’arrière aux yeux de plusieurs.

Les promesses du NPD 

Jagmeet Singh promet, quant à lui, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’ainsi tenter de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C - le seuil fixé pour limiter les impacts du réchauffement, selon le rapport du GIEC. Pour ce faire, il compte perpétuer la politique actuelle de tarification du carbone. 

Le parti souhaite électrifier l’ensemble des transports collectifs ainsi que les flottes de véhicules fédéraux d’ici 2030, en plus de rendre le transport en commun gratuit. De plus, il veut faciliter l’acquisition de véhicules zéro émission (VZÉ), entre autres grâce à des incitatifs fédéraux allant jusqu’à une remise de 15 000 $ par famille. 

L’électrification 100 % sans carbone net du Canada d’ici 2050, la rénovation des bâtiments pour les rendre écoénergétiques et l’interdiction du plastique à usage unique figurent aussi parmi les promesses du NPD.

Le parti a d’ailleurs reconnu l’urgence climatique et la nécessité d’agir, lors de sa visite à Winnipeg, ce matin. « Nous sommes dans une situation d’urgence climatique et les gens comptent sur leurs gouvernements pour agir concrètement afin d’y faire face (…) les libéraux ont dépensé des milliards de dollars de l’argent des contribuables pour acheter un oléoduc qui menacera notre environnement et violera les droits des peuples autochtones. Quant aux conservateurs, ils ne croient pas du tout en l’existence d’une crise climatique», a dénoncé le NPD dans un communiqué

À VOIR AUSSI: Élections: le climat est la priorité des villes