Cinéma et COVID-19 : voici à quoi ça ressemble

Les films québécois sont à l'honneur!

Privés de cinéma depuis trois mois, les Québécois ont commencé à regagner frileusement les salles le 3 juillet dernier. Les recettes du box-office du week-end dernier étaient 11 fois moindres que celles à pareille date en 2019. Néanmoins, l’industrie se montre confiante et invitent les cinéphiles à venir oublier la crise le temps d’un film. Résumé de l’expérience cinoche en temps de COVID-19.

Box-office du 1er week-end de juillet

2020 : 184 366$

2019 : 2 183 023$

Des places toujours limitées

Les plus récentes mesures sanitaires exigent encore que le nombre de personnes par salle soit limité à 50. Qu’elle ait une capacité d’accueil de 100 ou de 600 personnes, le maximum demeure 50.

Le Comité de relance du cinéma au Québec regroupant la plupart des propriétaires de salles de la province est toutefois persuadé que la limite pourrait passer à 250 dès le 15 juillet.

«C’est dans cet espoir que les gestionnaires ont décidé d’ouvrir le 3 juillet, malgré les impacts économiques engendrés par l’actuelle limite de 50 personnes, affirme le coordonnateur dudit comité et propriétaire de deux cinémas, Alexandre Hurtubise. C’est qu’on se disait que dans deux semaines, on aurait un roulement plus normal, à 250 par salle. On se croise encore les doigts, mais on a bon espoir d’un plus grand déconfinement la semaine prochaine.»

Tous les clients sont invités à s’asseoir à deux sièges de distance. «Mais ça, ils le faisaient déjà naturellement, donc ça ne change pas grand-chose», pointe M. Hurtubise. Puis l’administration désinfecte la salle entre chaque film à sa discrétion.

Des cinémas alterneraient sinon les sièges disponibles entre chaque présentation, afin que le client suivant ne s’assoie pas à la même place que le précédent. Mais rien ne les oblige de le faire.

À l’affiche : nouveautés, classiques et québécois!

Si les gros Blockbuster, comme Mulan et Tenet, se font encore attendre comme les grandes villes américaines comme New York et Los Angeles n’ont pas déconfiné leurs cinémas, les projections de chez nous font la part belle aux films d’ici. 14 jours, 12 nuits (Anne Dorval), Mafia inc. (Marc-André Grondin) et Les nôtres (Émilie Bierre, Marianne Farley, Paul Doucet) sont (re)sortis le 3 juillet en salle. S’ajouteront à la programmation Suspect Numéro 1 (Antoine Olivier Pilon, Josh Hartnett) et Mon cirque à moi (Patrick Huard).

«C’est du jamais vu. C’est la plus grande concertation qui a jamais eu lieu dans le domaine du cinéma au Québec. Les propriétaires de cinéma, les distributeurs québécois collaborent ensemble. Tout le monde est sur la même page. Ça nous permet d’avoir des nouveautés québécoises plus vite et d’avoir un calendrier de projection qui a un certain rythme. On donne la chance à tous les films», affirme Alexandre Hurtubise, qui possède La Maison du Cinéma à Sherbrooke et le Cinéma Lido à Rimouski.

En attendant les mégaproductions américaines, s’ajoutent à la programmation des classiques du 7e art et autres films populaires. Certaines salles projettent par exemple la trilogie Lord of the Rings, Jurassic Park ou encore Bon Cop Bad Cop.

Misez sur les billets électroniques

Les propriétaires de cinéma encouragent la clientèle à se procurer leurs billets en ligne avant de se déplacer sur place.

Ainsi, comme le nombre de sièges disponibles demeure restreint, ça leur garantit une place pour le film de leur choix et leur évite de faire la file.

Visage masqué

Le port du masque n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. Idéalement, le client doit le garder sur son visage de l’entrée jusqu’au moment de s’asseoir. Vous pourrez vous empiffrer de maïs soufflé sans trop faire d’acrobatie. «Une fois que le film commence, on oublie la COVID. L’expérience demeure pas mal la même», assure Alexandre Hurtubise.

Encore des friandises

Non, vous ne pouvez pas emporter votre propre sac de Skittles. Pop-corn et autres gourmandises sont toujours vendus au cinéma. Une barrière physique a simplement été installée entre les employés et les clients.

Voyez les mesures sanitaires mises en place pour les cinémas par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et sécurité au travail.