NOUVELLES
01/10/2020 15:32 EDT | Actualisé 01/10/2020 16:05 EDT

Une préposée entendue dans la vidéo de Joyce Echaquan renvoyée

La mère de famille atikamekw est décédée lundi à l'hôpital de Joliette après avoir enregistré les insultes racistes dont elle a fait l'objet de la part du personnel soignant.

Capture d'écran/Facebook
Dans les dernières minutes de sa vie, Joyce Echaquan a enregistré des insultes racistes proférées à son endroit par des membres du personnel soignant de l'hôpital de Joliette.

Une préposée aux bénéficiaires de l’hôpital de Joliette entendue dans la vidéo filmée par Joyce Echaquan peu avant sa mort a été renvoyée jeudi matin, a confirmé au HuffPost Québec le Syndicat des travailleurs et travailleuses du CISSS de Lanaudière.

Il s’agit du deuxième renvoi en lien avec cette sordide affaire. Le premier ministre François Legault avait confirmé mardi après-midi qu’une infirmière ayant proféré des insultes racistes à l’endroit de la femme atikamekw de 37 ans avait également été mise à pied.

Le président du syndicat Simon Deschênes n’était pas en mesure de dire, jeudi après-midi, quels propos étaient attribuables à quelle employée. Il a précisé que l’enquête interne était toujours en cours.

Appel de François Legault

Le premier ministre François Legault a annoncé jeudi s’être entretenu au téléphone avec le mari de Joyce Echaquan, Carol Dubé, et le chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, Paul-Émile Ottawa. La veille, la mère de Mme Echaquan confiait au HuffPost Québec qu’aucun des élus qui avaient commenté son décès sur la place publique n’avait pris contact avec la famille.

Sur Twitter, M. Legault a réitéré l’importance de «continuer notre combat contre le racisme». En conférence de presse mardi, il a cependant à nouveau refusé d’admettre l’existence de racisme systémique au Québec.

En plus de l’enquête interne menée par le CISSS de Lanaudière, une enquête du coroner est aussi en cours. Celui-ci devra notamment se pencher sur des allégations de la famille de la défunte, qui soutient que celle-ci a été surmédicamentée. 

La famille de Joyce Echaquan affirme qu’elle a reçu de la morphine malgré ses mises en garde répétées selon lesquelles la médication lui était contre-indiquée en raison d’une insuffisance cardiaque qu’on lui aurait diagnostiquée en 2014.

Dans la vidéo qu’elle a filmée peu avant sa mort, Joyce Echaquan réclame que quelqu’un vienne la chercher à l’hôpital, affirmant qu’elle a été «droguée». On peut la voir attachée à sa civière.

La mère de famille de 37 ans s’était rendue à l’hôpital quelques jours plus tôt pour des douleurs à l’estomac, selon sa famille.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!