TÉMOIGNAGES
24/08/2020 10:21 EDT | Actualisé 01/09/2020 14:38 EDT

Une rentrée différente? Je ne crois pas.

Enseignante depuis plus de 10 ans dans la région de Montréal, cette rentrée, pour moi, est identique aux autres…

Pornpak Khunatorn via Getty Images

Depuis des années, la rentrée vient me rappeler la pénurie de profs en augmentation constante, le peu d’attractivité pour ma profession, le manque de service aux élèves, les écoles vétustes, les classes qui débordent, les conditions de travail inacceptables pour les enseignants et enseignantes les moins bien payés au Canada, le manque de financement chronique pour les élèves en difficulté, etc.

Est-ce que cette rentrée sera différente? Non.

Depuis des années, je dénonce un système d’éducation qui craque de partout et que moi et mes collègues tenons à bout de bras. Au fil des rentrées, j’ai vu des slogans et des regroupements comme «Ça suffit», «Debout pour l’école», «Les profs à bout de souffle», «Je protège mon école publique», «Les profs méritent mieux» et «C’est à notre tour» qui dénoncent ce système d’éducation.

Est-ce que cette rentrée sera différente? Non.

Chaque rentrée, je me dis que les profs vont changer le cours des choses. Sortir dans les rues pour revendiquer notre valeur et le rôle primordial que l’on a dans la société. Faire exploser un système d’éducation inacceptable pour une société comme la nôtre. La majorité de mes collègues trouve que cette approche est trop agressive et que d’autres actions plus conciliantes viendront à bout du mépris des gouvernements et de certaines gens à l’égard des enseignants. Je suis une fille d’équipe et je me suis toujours ralliée aux miens en attendant ardemment la goutte qui ferait déborder le vase.

Est-ce que cette rentrée sera différente? Peut-être…

Vous me direz: on a un plan pour la rentrée. Ce plan et les investissements pour le réaliser sont comme un diachylon sur une fracture ouverte.

La raison: la COVID-19… peut-être LA goutte de trop! On ne verra pas d’enfants sortir sur une civière comme dans les CHSLD, mais on verra le même chaos par contre. Cela faisait combien d’années que le personnel du système de la santé dénonçait ses conditions de travail et le manque de ressources? Vous me direz: on a un plan pour la rentrée. Ce plan et les investissements pour le réaliser sont comme un diachylon sur une fracture ouverte.

Donc, comment je me sens à la veille de cette rentrée? Ambivalente!

Heureuse de voir mes élèves et mes collègues, mais effrayée pour la santé de mes proches. Soulagée d’enseigner en présentiel, mais inquiète d’un possible retour en enseignement à distance. Optimiste de pouvoir rattraper le retard scolaire, mais pessimiste de l’aide que je recevrai. Curieuse de voir que l’école ne sera plus comme avant, mais inquiète de la gestion de celle-ci. Hilare de voir déjà des consignes changeantes, différentes et même contradictoires par moment, mais triste pour nous qui aurons à vivre avec ces cafouillages. Fière, encore une fois, de nous voir nous démener pour que tout se passe bien, mais vraiment en colère contre les gouvernements qui ont abandonné l’école publique depuis plusieurs années!

Comment sera la rentrée 2020? Je prédis chaotique, mais j’espère tellement me tromper. Une chose certaine, et quoiqu’il arrive, personne ne pourra dire que nous ne savions pas…