POLITIQUE
22/06/2020 10:21 EDT | Actualisé 24/06/2020 13:02 EDT

Remaniement à Québec: de nouveaux défis pour Christian Dubé et Sonia LeBel

Christian Dubé devient ministre de la Santé en remplacement de Danielle McCann.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Christian Dubé a indiqué qu'il allait être dans la continuité de ce que Danielle McCann a fait.

Le premier ministre François Legault a procédé lundi à un remaniement ministériel afin de «donner un nouveau souffle» à la transformation du réseau de la santé.

Christian Dubé prend les rênes de l’imposant ministère de la Santé en remplacement de Danielle McCann. M. Dubé devient le premier ministre de la Santé à ne pas être issu du réseau de la santé depuis François Legault en 2002-2003.

M. Legault a expliqué que la direction du réseau de la santé est «le plus grand défi de gestion au Québec». Le premier ministre a vanté les talents de gestionnaire de M. Dubé, qui a oeuvré dans le secteur privé et public, notamment à la Caisse de dépôt et placement du Québec. 

«Elle (Danielle McCann) a fait beaucoup d’importants changements dans le réseau depuis un an et demi. Mais il reste encore beaucoup de changements à faire pour améliorer la gestion et l’imputabilité de tous les dirigeants», a déclaré M. Legault en annonçant son remaniement.

«Il faut s’assurer que chaque dirigeant dans ce réseau, qui est un peu un “monstre”, soit plus responsable des résultats. Et on a aussi un immense défi de moderniser le système informatique qui date encore de l’âge de pierre», a-t-il ajouté.

Quant à Mme McCann, qui est au front dans la lutte contre la COVID-19 depuis trois mois, elle hérite du ministère de l’Enseignement supérieur. 

François Legault a tenu à remercier Danielle McCann pour son travail au ministère de la Santé, pour tenter de montrer qu’il ne s’agit pas d’une rétrogradation pour celle qui a été élue pour la première fois aux élections d’octobre 2018. Il a entre autres souligné les changements aux services de première ligne qu’elle a apportés, comme l’entente avec les médecins pour déléguer des soins aux infirmières et aux pharmaciens.

«C’est sûr que moi, j’étais venue en politique pour la santé, a réagi Mme McCann. [...] C’est la prérogative du premier ministre de faire des choix. Je le respecte beaucoup. Je suis très contente de ce que j’ai fait en santé. [...] Mais je suis aussi très contente de prendre ce nouveau mandat de l’Enseignement supérieur.»

EN VIDÉO: la conférence de presse de François Legault


M. Dubé a mentionné qu’il allait travailler en «continuité» des changements déjà entamés par Mme McCann, notamment en ce qui a trait aux services de première ligne.

«On croit, pas seulement moi, mais notre gouvernement croit que c’est la bonne chose à faire, a-t-il dit. [...] Elle m’a assuré, et je l’apprécie, toute sa collaboration pour la suite des choses. C’est tout à son honneur, parce que c’est un travail d’équipe.»

L’autre changement majeur qu’apporte ce remaniement est l’arrivée de Sonia LeBel au Conseil du trésor. Celle qui était ministre de la Justice prend la place de Christian Dubé qui occupait le poste depuis l’arrivée au pouvoir de la Coalition avenir Québec. M. Legault n’y est pas allé par quatre chemins et a indiqué que le dossier prioritaire de l’ancienne procureure en chef de la commission Charbonneau sera de reprendre le projet de loi 61 qui vise entre autres à accélérer la construction d’infrastructures.

Elle aura donc l’été pour avancer le travail qui avait été déjà commencé lors de la session parlementaire qui vient de prendre fin. Les oppositions avaient rejeté l’adoption de principe du projet de loi 61, si bien qu’il n’a pas encore été étudié article par article.

«Le mandat [du PL61] est très clair, c’est de trouver les voies de passage pour remplir les objectifs qu’on avait depuis le départ, c’est-à-dire d’accélérer les processus et non pas de compromettre notre intégrité ou compromettre nos règles. Je pense qu’on est capables de le faire», a commenté la nouvelle présidente du Conseil du trésor en prenant soin de lancer une pointe aux oppositions sur «l’été perdu pour la relance économique du Québec» selon elle.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
L'annonce du remaniement a eu lieu dans le Salon rouge de l'Assemblée nationale à Québec.

Mme LeBel aura aussi la lourde tâche de négocier de nouvelles conventions collectives avec 500 000 syndiqués de la fonction publique.

Simon Jolin-Barrette perd le ministère de l’Immigration puisqu’il passe à celui de la Justice. À 33 ans, l’avocat de formation, qui conserve son rôle de leader parlementaire et du dossier de la langue française, devient le plus jeune ministre de la Justice de l’histoire du Québec. C’est la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, qui ajoute les responsabilités de l’Immigration à sa charge de travail.

Jean-François Roberge demeure le ministre de l’Éducation et s’occupera dorénavant que des écoles primaires et secondaires ainsi que du projet des maternelles quatre ans.

Ce jeu de chaises musicales au sein du conseil des ministres signifie donc qu’aucun député n’obtient de promotion au sein du cabinet. Depuis l’élection de la CAQ au gouvernement, un seul député a été promu au conseil des ministres. Benoit Charette a remplacé MarieChantal Chassé au ministère de l’Environnement en janvier 2019.

Le conseil des ministres est composé de 15 hommes et de 12 femmes.

À VOIR ÉGALEMENT: