POLITIQUE
17/06/2020 12:47 EDT

Réforme du Fonds vert: Charette dénonce «l'obstruction» de l'opposition

Les élus ont adopté un article et demi en 55 heures... sur 77 articles. À ce rythme, il leur faudra passer plus de 2000 heures en commission parlementaire pour étudier tout le texte législatif, estime le ministre.

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
En entrevue avec La Presse canadienne mercredi, M. Charette ne s’est pas gêné pour dénoncer les «tactiques d’obstruction» de l’opposition.

QUÉBEC — Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, condamne «l’obstruction» complice des trois partis d’opposition dans l’étude de son projet de loi 44, sur la réforme du Fonds vert: les élus ont adopté un article et demi en 55 heures... sur 77 articles.

À ce rythme, il leur faudra passer plus de 2000 heures en commission parlementaire pour étudier tout le texte législatif, a estimé le ministre.  

En entrevue avec La Presse canadienne mercredi, M. Charette ne s’est pas gêné pour dénoncer les «tactiques d’obstruction» de l’opposition.

«Les trois formations d’opposition collaborent à cette obstruction de façon pratiquement complice», a-t-il déclaré.

La commission parlementaire qui étudie le projet de loi siège encore cette semaine et M. Charette assure qu’il est prêt à consacrer encore quelques semaines de l’été pour faire avancer sa réforme et la faire adopter.

Rappelons que le Fonds vert sert à financer des projets qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Année après année, le Fonds vert accumule un peu plus d’un milliard de dollars dans ses coffres, provenant principalement de la vente de droits d’émission sur la Bourse du carbone, mais aussi des redevances exigibles pour l’élimination des matières résiduelles et celles pour l’utilisation de l’eau.