BIEN-ÊTRE
21/08/2019 10:38 EDT | Actualisé 22/08/2019 11:49 EDT

Recyclage: on a visité un centre de tri pour comprendre nos erreurs

Près d'un article sur dix qui est déposé dans le bac vert n'est pas recyclable.

Depuis son instauration, il y a plus de vingt ans, le bac vert en a vu de toutes les couleurs - et de toutes les matières. Et malgré les diverses campagnes de sensibilisation menées au cours des dernières années, le recyclage demeure une source de questionnements, mais aussi d’erreurs dommageables commises par manque d’information.

Nous sommes allés visiter le centre de récupération et de tri des matières recyclables du Groupe TIRU situé sur le Complexe environnemental de Saint-Michel pour mieux comprendre ce que devient le contenu de nos bacs. Voyez la vidéo ci-dessus pour mieux réaliser ô combien notre tri préalable a un impact! 

Des chiffres qui en disent long

56% des citoyens, c’est-à-dire plus de la moitié, ont affirmé avoir déposé un objet au recyclage sans réellement savoir s’il était recyclable, selon un sondage mené par Recyc-Québec en 2015. Un geste qui n’est pas sans conséquences! 

Déposer dans le bac vert certaines matières non recyclables cause un ralentissement à l’arrivée au centre de tri, sans compter qu’elles peuvent parfois même être dangereuses pour les employés qui y travaillent. Par exemple: la vitre, les métaux et le matériel électronique sont des matières qui se recyclent, mais pas sous toutes leurs formes et pas dans le recyclage domestique.   

«Près d’un article sur dix qui arrive au centre de tri Saint-Michel est en réalité destiné au dépotoir», explique Philippe Sabourin, porte-parole de l’Écocentre. 

Pour ainsi dire, tout ce qui ne va pas aux poubelles ne va pas nécessairement au recyclage non plus. 

«Ainsi, le centre de tri reçoit par année plus de 156 000 tonnes de matières domestiques, mais seulement 140 000 tonnes sont réellement recyclées!», détaille Philippe Sabourin. 

Recycler c’est bien, mais trier c’est mieux

Il est certes difficile de savoir quoi recycler et comment bien le faire sans avoir jeté un coup d’oeil à la machinerie d’un centre de tri, mais il existe quelques petites astuces pour choisir la bonne destination pour chaque objet

Le plus simple est de se rappeler qu’une fois arrivé au centre de tri, le contenu de votre bac est d’abord trié à la main par les employés. Donc, tout ce qui peut être dangereux ou blessant ne devrait pas s’y trouver. 

Rincez les pots, c’est super important afin que les bactéries ne se développent pas. «Le pot de mayonnaise qui n’a pas été bien rincé va contaminer le reste! On n’oublie pas de séparer le bouchon également» - Philippe Sabourin. 

Ensuite, il faut comprendre que ce sont des convoyeurs qui s’occupent du reste du triage, celui-ci ne peut donc pas séparer les différentes matières. Ce qui signifie qu’un objet fait de plusieurs matières recyclables se dirige tout droit vers les sites d’enfouissement s’il n’est pas correctement séparé. 

Enfin, le bac de recyclage à la maison ne peut accueillir tout ce qui est «recyclable». Certains objets doivent être rapportés dans un point de dépôt. Par exemple, l’électronique, les pots de peinture, les pneus, les médicaments et certains objets faits de métal.  

D’autres articles comme les gobelets de café et les enveloppes de livraisons ne sont tout simplement pas recyclables, en raison de leur composition.

Si vous n’être pas certain qu’un objet est recyclable, l’outil «Ça va où?» de Recyc-Québec vous indique précisément quels déchets peuvent être déposés et à quel endroit. 

Autant de bonnes habitudes à prendre! 

Dans une version précédente, un paragraphe mentionnait «Ainsi, le centre de tri reçoit par année plus de 930 000 tonnes de matières domestiques, mais seulement 415 000 tonnes sont réellement recyclées!». Or, ces chiffres représentent des statistiques générales sur le recyclage à Montréal, et non uniquement sur l’écocentre de Saint-Michel.