BIEN-ÊTRE
11/09/2019 15:02 EDT | Actualisé 12/09/2019 08:58 EDT

Record Guinness: un Québécois tentera de faire du Tai Chi pendant 36 heures

Un record mondial est en jeu et pour une bonne cause!

Samuel Saulnier
Courtoisie

Samuel Michaud nourrit une grande passion pour les arts martiaux depuis toujours. Formé en Chine par de grands instructeurs, il fait du Tai Chi depuis 15 ans et l’enseigne depuis deux.

Gamin, à l’école, il adorait feuilleter les livres des records Guinness et s’émerveiller devant les exploits inusités de ses participants. 

Plus récemment, en voyage, il s’est demandé quels types de records existaient par rapport au Tai Chi et aux arts martiaux; c’est alors qu’il y a découvert celui de la Britannique Sheila Dickinson, qui a exécuté un marathon de Tai Chi d’une durée de 28h59 en 2017. Plus tôt cette année, David Thew a battu le record de Sheila, avec une séance de 30h15 en Nouvelle-Zélande. Son record est toujours en cours d’homologation par les officiels du Guinness World Records.

«Je me suis dit: pourquoi pas, c’est mon prochain défi», a-t-il déclaré au HuffPost Québec. Cette idée un peu folle a germé dans son esprit et il a donc organisé cet événement qui débutera à l’aube du 19 septembre, au Square Victoria - au pied de la statue reconnaissable TaiChi Single Whip -, pour se terminer le lendemain, 36 heures plus tard.

«C’était un bon timing dans ma vie, où je pouvais prendre du temps pour pouvoir m’entraîner, pour pouvoir faire l’organisation de ce défi-là», affirme-t-il. Il y voit également une belle opportunité pour promouvoir le fait de rester en santé avec le Tai Chi.

«Le premier objectif, c’est de briser les records - le record présentement homologué et celui en cours d’homologation. Je voulais repousser la barre, amener ça un peu plus loin» explique Samuel. «36 heures, c’est une journée et demie complète. [...] D’un point de vue un peu plus ”ésotérique”, dans les systèmes taoïstes, d’où proviennent ces pratiques-là, le chiffre 36, c’est un chiffre qui est important. [...] Cette numérologie-là est [...] un peu en lien avec le cycle de l’univers.»

Une préparation toute particulière

Pour participer à un tel marathon, une solide préparation est de mise. «Ça fait environ trois mois que j’ai réduit ma charge de travail au niveau professionnel à quasiment 25 %. Donc, ça me donne plus de temps pour faire des entraînements. J’en fais régulièrement de 2h30 à 3h et j’ai fait quelques entraînements de 6h», détaille Samuel. 

Il a aussi fait ce qu’il appelle son “défi préparatoire”. Samuel a marché pendant 30 heures, sur plus de 120 kilomètres. «Ça m’a permis de faire à peu près toutes les erreurs que j’avais à faire [et] de valider combien de temps de pause je prendrais.» 

Un défi de cette envergure comporte son lot de préparation physique, mais aussi (et peut-être surtout) mentale. Celui qui est aussi masso-kinésithérapeute a donc travaillé sur une base régulière avec des professionnels de la santé tels qu’ostéopathe, massothérapeute et hypnothérapeute. «Ça fait quelques mois que je m’entraîne pour m’endormir très rapidement ou pour tomber dans un état de relaxation qui permet de régénérer mon corps et ma perception. La fatigue a beaucoup à faire sur l’état mental.»

Le fait de bien organiser les moments de pause est crucial pour mener à bien son défi. Le guide des records Guinness permet à Samuel de prendre 5 minutes de pause par heure. Ces pauses-là, il peut les cumuler jusqu’à 20 minutes consécutives. Après avoir réalisé son défi préparatoire, il a déterminé qu’il prendrait 15 minutes de pause aux trois heures.

Dans ces pauses-là, j’ai toute une stratégie, un peu comme quand on amène un véhicule de course à l’écurie; devoir aller aux toilettes, m’alimenter et dormir.

Le véritable challenge, davantage que le fait de faire du Tai Chi - puisque ça fait plus de 15 ans qu’il le pratique -, c’est «tout ce qui entoure un défi comme celui-là».

Une cause qui lui tient à coeur

Le Québécois voulait également que son défi fasse bénéficier une cause qui lui tenait à coeur. Papa depuis 4 ans, il dit avoir eu de la difficulté à choisir l’organisme ou la cause à souligner, puisqu’il y en a tellement «qui font des choses superbes pour les gens qui en ont besoin», dit-il. Mais il voulait que ça ait rapport aux enfants.

Au moment où ma fille est née, j’ai senti quelque chose en moi, comme quoi je venais de partager une partie de mon coeur. À partir de ce moment-là, je suis devenu incroyablement sensible à la souffrance des enfants.

Son choix s’est donc arrêté sur la fondation FAIS-UN-VOEUX Québec, par le biais de la plateforme Gofundme«C’est un peu un genre de coïncidence, mais le Tai Chi que je pratique, ça s’appelle le “ruyi Tai Chi”; en chinois, ça veut dire le Tai Chi ”à un souhait”. [...] Je trouvais que c’était une petite coïncidence qui venait bonifier tout ça», explique-t-il. 

Samuel a donc contacté la personne responsable de Fais-un-voeux Québec, lui a raconté son histoire et le tout s’est concrétisé.

 

Samuel Michaud invite la population d’ici et d’ailleurs à le rejoindre à 11h50 au Square Victoria, la deuxième journée de son défi (le 20 septembre), alors qu’il fera les derniers mouvements qui lui permettront de franchir la «ligne d’arrivée» - de battre le record homologué de Sheila Dickinson. 1h15 plus tard, il battra le record de David, puis il repartira pour un autre 5h45. 

Une équipe audiovisuelle va le suivre tout au long de l’événement. On pourra l’observer en direct sur la page Facebook de l’événement, ainsi que sur YouTube. Des bénévoles seront aussi sur place au Square Victoria pour répondre aux questions des curieux. «On essaie de garder ça le plus interactif possible», conclut-il.

À VOIR AUSSI: Les JO de Tokyo, occasion manquée pour la «karaté kid» du Japon