Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Ce fut un plaisir d’écraser une insurrection nationaliste blanche», lance un policier de Washington

«Je suis content d'avoir pu aider», a déclaré l'agent Daniel Hodges. «Nous le ferons autant de fois qu'il le faudra.»

Un policier de Washington qui a été écrasé dans une porte par une foule de partisans du président Donald Trump a déclaré qu’il était heureux d’avoir contribué à stopper «l’insurrection nationaliste blanche» au Capitole américain le 6 janvier.

Une vidéo virale montre le moment où l’agent Daniel Hodges a été coincé dans une porte alors qu’une foule tentait de se frayer un chemin dans le Capitole, à la suite d’un appel de Trump à «se battre comme un enfer».

Hodges a déclaré à NBC Washington que son masque lui avait été enlevé et qu’il avait été battu avec sa propre matraque par un partisan de Trump. La vidéo de l’incident montre Hodges saignant de la bouche alors qu’il crie de douleur.

«Ils ont arraché mon masque», a raconté Hodges à NBC plus tôt cette semaine. «Ils ont volé mon équipement. Ils m’ont battu. Ils m’ont aspergé de tout.»

Les policiers ont finalement réussi à repousser les émeutiers hors du Capitole, mais cinq personnes sont mortes des suites de blessures subies pendant le siège. Parmi les victimes figurait le policier du Capitole Brian Sicknick, qui a été aspergé de poivre et matraqué avec un extincteur.

Bien qu’il ait été agressé par des partisans de Trump, Hodges a déclaré à NBC Washington qu’il recommencerait sans hésiter s’il le fallait.

«Si ça n’avait pas été mon travail, je l’aurais fait gratuitement», a-t-il affirmé. «Ce fut un plaisir d’écraser une insurrection nationaliste blanche. Je suis content d’avoir pu aider. Nous le ferons autant de fois qu’il le faudra.»

D’autres agents qui gardaient le Capitole, comme Michael Fanone, de la D.C. Metropolitan Police, ont partagé ces derniers jours leurs propres histoires déchirantes de combat contre la foule. Fanone a raconté qu’il avait été atteint avec un pistolet paralysant à plusieurs reprises et avait été battu par des partisans de Trump qui avaient des tuyaux en métal. Il a dit qu’il pouvait entendre la foule crier: «Tuez-le avec son arme!»

«À ce moment-là, c’était juste l’instinct de survie», a déclaré Fanone à CNN jeudi. «Comment survivre à cette situation?»

Le FBI a déjà procédé à plusieurs arrestations en lien avec le siège et a déclaré que des centaines d’autres émeutiers pouvaient bientôt s’attendre à recevoir la visite des policiers.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: La Garde nationale sécurise le Capitole à Washington

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.