POLITIQUE
15/10/2020 13:31 EDT | Actualisé 15/10/2020 15:48 EDT

Ça passe pour l'Halloween, mais il faudra oublier les gros partys à Noël

Il semble bien que le fameux «défi 28 jours» va s'étirer...

Les enfants pourront bel et bien “passer l’Halloween” de maison en maison, malgré la pandémie de coronavirus, mais les adultes devront s’abstenir, eux, de célébrer cette fête avec des partys costumés.

Lors de sa conférence de presse sur la situation de la pandémie, jeudi à Montréal, le premier ministre François Legault a toutefois précisé que les enfants qui voudront passer de maison en maison pour récolter des bonbons devront le faire avec les membres de leur famille immédiate, non pas avec leurs amis.

» Voici toutes les règles pour passer l’Halloween de façon sécuritaire selon Québec

Quant aux ménages qui veulent distribuer ces bonbons aux enfants, ils devront le faire à l’extérieur - en plaçant par exemple les bonbons dans un panier sur la galerie - et en gardant une distance de deux mètres.

Le premier ministre a estimé que comme cette activité se déroule souvent à l’extérieur, il y avait moins de danger de contamination, surtout si les participants respectent les consignes données.

Pour les adultes, par contre, il n’est pas question de partys d’Halloween, a tenu à préciser le premier ministre Legault.

Pas de couvre-feu

Par ailleurs, le premier ministre a aussi donné l’assurance qu’il n’envisageait pas de couvre-feu comme il en existe maintenant en France, à 21h.

“Je rassure les Québécois: ce n’est pas du tout dans nos cartons, dans nos intentions de mettre un couvre-feu à 21h. On n’est pas là. On n’a pas l’intention de le faire. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, mais ce n’est pas envisagé”, a-t-il répondu.

“Les bingos, c’est non”

Quant au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, il s’est fait plus clair encore quant aux différentes formes de rassemblements d’adultes: “les bingos, c’est non”.

Le ministre a dû réitérer le message, après qu’on eut appris qu’un cas de COVID-19 venait d’être déclaré au sein du groupe qui avait participé à une activité de bingo, avec 250 personnes, à Saint-Jean-sur-Richelieu, au cours des derniers jours.

“Quand on se compare, on se console”

Par ailleurs, alors que le Québec est à mi-parcours de son “défi 28 jours”, en octobre, pour les consignes visant à ralentir la progression de la pandémie, le premier ministre a exprimé un brin d’optimisme. Le Québec semble avoir atteint un plateau autour de 800 à 1000 cas par jour et n’est pas monté à 2000 ou 3000 cas par jour, comme les autorités l’ont craint à un moment donné, a-t-il souligné.

“C’est une bonne nouvelle. Est-ce que c’est assez? Non, ce n’est pas assez. Il faut qu’on réussisse à diminuer le nombre de cas”, a martelé le premier ministre. Il s’est d’ailleurs montré préoccupé par les 28 décès rapportés jeudi.

Le premier ministre a tenu à citer certains chiffres pour répliquer à ceux qui critiquent la “performance” du Québec par rapport à d’autres administrations, pour ce qui est de la gestion de la pandémie.

Ainsi, il a rapporté que le Québec avait enregistré 969 nouveaux cas mercredi, soit 114 nouveaux cas par million d’habitants, comparativement à 177 nouveaux cas par million d’habitants aux États-Unis, 290 au Royaume-Uni et 347 en France. “Des fois, quand on se compare, on se console”, a-t-il conclu.