NOUVELLES
11/02/2020 19:56 EST

Rapport Yale: un sénateur porte plainte pour une séance d'information non traduite

Claude Carignan déplore aussi que cette situation soit récurrente lors des séances d’information fédérales.

THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld
Le sénateur Claude Carignan lors d'une conférence de presse à Ottawa (photo d'archives)

OTTAWA — Un sénateur conservateur a porté plainte auprès du commissaire aux langues officielles en raison d’une séance d’information qui n’offrait pas de services d’interprétation dans les deux langues officielles.

Claude Carignan fait référence à une séance d’information organisée par le bureau du ministre Steven Guilbeault qui portait sur le rapport du Groupe d’examen du cadre législatif en matière de radiodiffusion et de télécommunication, aussi appelé «rapport Yale», la semaine dernière.

M. Carignan dit avoir envoyé un membre de son personnel assister à la séance d’information, mais ce dernier est revenu «un peu bredouille» puisqu’il n’a pas compris toutes les explications en anglais. Certaines informations auraient été données en anglais uniquement et d’autres seulement qu’en français.

Pourtant, les membres de la commission, Janet Yale et Monique Simard, lui avaient assuré que la présentation serait bilingue, selon lui.

Le bureau du ministre Guilbeault assure que «toute personne présente pouvait intervenir dans l’une ou l’autre des deux langues officielles» et que Mme Simard avait offert de répéter en français l’ensemble de l’information communiquée en anglais.

«Ceci étant, nous reconnaissons que l’égalité du français et de l’anglais peut nous imposer des obligations qui vont au-delà des mesures qui ont été offertes ici et nous nous engageons à faire mieux la prochaine fois», a précisé Camille Gagné-Raynauld, l’attachée de presse du ministre.

Ça arrive souvent dans les huis clos, par exemple, des finances quand il y a un budget. Tout l’équipement est là et puis on prend pour acquis que vous êtes bilingues, mais comme par hasard, c’est toujours en anglais.Claude Carignan

M. Carignan déplore qu’aucun service d’interprétation n’ait été offert aux participants et que cette situation soit récurrente lors des séances d’information fédérales. Il espère que le commissaire aux langues officielles fera enquête sur le sujet et déterminera si de telles séances doivent obligatoirement être traduites en anglais et en français.

«Ça arrive souvent dans les huis clos, par exemple, des finances quand il y a un budget. Tout l’équipement est là et puis on prend pour acquis que vous êtes bilingues, mais comme par hasard, c’est toujours en anglais», déplore-t-il en entrevue.

Le sénateur dit qu’il veut être «respecté» comme francophone à Ottawa et qu’il n’a pas à être «désavantagé» parce qu’un de ses employés est unilingue francophone. Il soutient que sa plainte n’est pas un croc-en-jambe ni au ministre Guilbeault ni au gouvernement Trudeau.

«Je pense que c’est beaucoup plus une question de revendiquer nos droits et de faire en sorte que cette pratique-là change pour que la culture s’installe et que ces séances-là se fassent en anglais et en français», ajoute-t-il.

Le rapport du comité indépendant d’experts sur l’avenir des communications au Canada contient 97 recommandations portant sur la création de contenu canadien et l’accès internet partout au pays, entre autres.