NOUVELLES
22/06/2019 09:37 EDT | Actualisé 22/06/2019 09:39 EDT

Qui est Cole Caufield, le premier choix au repêchage du Canadien?

En un mot? Un marqueur. En deux mots? Un «petit» marqueur. Mais voyez ce qu'il peut faire!

Bruce Bennett via Getty Images

VANCOUVER — Lors d’une rencontre à Buffalo dans le cadre du camp d’évaluation de la LNH, l’agent Pat Brisson avait affirmé à Marc Bergevin que si le Canadien espérait obtenir Cole Caufield, il allait devoir transiger pour grimper au sein du top-10. Finalement, Caufield a glissé un peu vendredi soir lors de la première ronde du repêchage et la formation montréalaise a pu sélectionner le franc tireur américain au 15e rang.

Caufield a fait la pluie et le beau temps au cours de la dernière saison aux côtés de Jack Hughes au sein du Programme de développement de l’équipe nationale américaine.

Malgré un petit gabarit de cinq pieds sept pouces et 163 livres, Caufield a inscrit 72 buts en 64 matchs. Visiblement confiant, Caufield ne croit pas que cette récolte impressionnante est seulement le résultat des efforts de son compagnon de trio qui a été choisi au premier rang vendredi par les Devils du New Jersey.

«(Hughes) n’aurait pas eu le même nombre d’aides sans moi, a affirmé Caufield sans broncher. J’ai confiance en mes moyens. Je sais qu’il est un excellent joueur qui rend tout le monde meilleur, mais nous travaillons si bien ensemble parce que nous sommes intelligents. Nous pouvons jouer à un rythme élevé. Je peux jouer avec n’importe qui et rendre mes coéquipiers meilleurs.»

J’amène de l’offensive. Mon tir est probablement le meilleur aspect de mon jeu. Je suis aussi un fier compétiteur. Je déteste perdre et je suis prêt à tout faire pour gagner.Cole Caufield

Caufield a porté les couleurs des États-Unis lors du Championnat du monde des moins de 18 ans, au cours duquel il a inscrit 14 buts et 18 points en sept parties. Il a égalé le record d’Alex Ovechkin pour le plus grand nombre de buts lors d’un même tournoi.

Plusieurs observateurs voient en Caufield des similitudes avec l’attaquant des Blackhawks de Chicago Alex DeBrincat, qui a touché la cible 41 fois cette saison dans la LNH.

Ce genre de profil n’est pas sans rappeler non plus un joueur qu’il a eu la chance de rencontrer quelques instants après sa sélection: Brendan Gallagher. Bergevin l’a d’ailleurs souligné, en insistant sur les similitudes hors glace.

«Comme il nous l’a dit, il a toujours été un joueur avec un petit gabarit et il s’est battu toute sa vie. Ce n’est pas nouveau pour lui, a noté Bergevin. Il est dans le même genre que Brendan Gallagher. Il arrive et sourit. Il est un petit gars qui aime jouer au hockey. Le hockey, c’est sa vie.»

Voyez quelques faits saillants de Cole Caufield...


Au Championnat mondial junior 2018...


Certains spécialistes avaient classé Caufield beaucoup plus haut dans leur liste. Il semble également qu’il était très bien coté chez le Canadien. Bergevin a noté qu’il faisait partie des «trois ou quatre joueurs» que son équipe et lui aimaient. Il a laissé entendre que l’équipe aimait aussi le défenseur Cam York, un autre coéquipier de Caufield.

York a toutefois été choisi au 14e rang par les Flyers de Philadelphie. La décision du Tricolore a donc été facile à prendre.

«Nous sommes fiers d’aller chercher un joueur qui va apporter beaucoup à l’organisation, a noté Bergevin. Marquer des buts devient de plus en plus difficile dans la Ligue nationale. À tous les niveaux où il a évolué, il a été capable de marquer. Je ne vois pas pourquoi il ne le ferait pas au prochain niveau.»

Et maintenant?

Caufield s’est engagé à jouer pour l’Université du Wisconsin la saison prochaine. Il souhaite continuer à améliorer son coup de patin. Il a aussi affirmé vouloir accéder à la Ligue nationale le plus rapidement possible.

«Nous allons l’observer au camp de développement la semaine prochaine. Ce sera une autre occasion de l’évaluer, a mentionné Bergevin. Il ira probablement jouer au Wisconsin l’an prochain, mais il ne disputera probablement pas ses quatre années de collège.»

Le Canadien devrait parler neuf autres fois samedi, lors de la présentation des rondes deux à sept du repêchage.