NOUVELLES
17/02/2021 13:42 EST | Actualisé 18/02/2021 08:57 EST

Québec offrira des tests rapides aux entreprises les plus à risque

En date du 15 février, le ministère de la Santé et des Services sociaux recensait au Québec 372 «éclosions actives» dans les milieux de travail.

Getty Images

MONTRÉAL - Le gouvernement du Québec offrira aux entreprises les plus à risque de propager le coronavirus des trousses de tests rapides, afin d’isoler rapidement les employés qui seraient infectés, pour juguler la transmission en milieu de travail au Québec.

Ces tests rapides “de détection d’antigène”, déjà utilisés dans des cliniques mobiles - et dans quelques écoles de Montréal, dans le cadre d’un projet pilote -, offrent des résultats plus rapides que les tests traditionnels de laboratoires, mais ils sont aussi moins fiables. Ils permettent toutefois d’isoler rapidement un cas, quitte à infirmer le résultat par la suite.

En date du 15 février, le ministère de la Santé et des Services sociaux recensait au Québec 372 ”éclosions actives” dans les milieux de travail, 294 dans les milieux de vie et de soins et 274 dans les écoles.

Le ministre Christian Dubé a indiqué mercredi dans un communiqué que les entreprises qui sont aux prises avec des éclosions pourront toujours demander à la Santé publique de déployer une clinique mobile pour un dépistage de tous les employés. Mais une entreprise pourra maintenant aussi commander des tests rapides au ministère de la Santé “afin de se constituer un inventaire qui lui permettra d’enclencher un protocole de dépistage dès qu’un employé présentera des symptômes”, précise le communiqué.

Les demandes de tests rapides au ministère seront toutefois analysées en fonction de critères précis, “notamment la pertinence et la faisabilité du projet et la vulnérabilité du milieu de travail”. Le ministère précise par ailleurs que cette offre de tests rapides ne doit pas servir d’argument aux entreprises pour rappeler des employés qui sont actuellement en télétravail.

On indique enfin que les travailleurs de la santé, notamment ceux qui vaccinent, seront bientôt dépistés avec des tests antigéniques rapides. Le ministère ajoute que les détails concernant ce déploiement “seront dévoilés prochainement”.