POLITIQUE
23/02/2021 15:47 EST

Québec solidaire présente un plan de relance économique de 8,7 milliards $

Les porte-parole du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont proposé d’embaucher 100 000 personnes supplémentaires, notamment en santé.

La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

QUÉBEC - À quelques semaines du dépôt du budget, Québec solidaire (QS) présente son propre plan de sortie de crise évalué à 8,7 milliards $ et basé sur l’embauche massive dans le secteur public.

En conférence de presse virtuelle mardi, les porte-parole du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont proposé d’embaucher 100 000 personnes supplémentaires, notamment en santé.

Ils le feraient sans hausser les seuils d’immigration. “Nous ne proposons pas d’augmenter les cibles actuelles. On pense qu’il faut les maintenir au niveau actuel”, a précisé M. Nadeau-Dubois.

Ces personnes qui seraient embauchées sur plusieurs années habitent déjà le Québec, a-t-il plaidé, prenant l’exemple des psychologues qui se sont rués vers le privé et qu’il voudrait ramener au public.

Le plan de QS prévoit l’embauche entre autres de 50 000 salariés affectés aux soins à domicile, de 10 000 infirmières, de 10 000 éducatrices en CPE et de 3000 employées dans le milieu de l’éducation.

Le prix d’une embauche massive est estimé à 5,3 milliards $, mais QS affirme que ses propositions se feraient à coût nul pour l’État grâce à des mesures visant à taxer les entreprises et les grandes fortunes.

QS exclut donc totalement des hausses de taxes et d’impôts pour le contribuable moyen.

Comme il l’avait déjà annoncé, le parti instaurerait un impôt de pandémie, dont l’objectif serait d’imposer les grandes entreprises qui ont vu leurs profits croître durant la crise de la COVID-19.

L’impôt sur les grandes fortunes serait un impôt sur le patrimoine, et non sur les revenus. Il s’agirait d’une ponction sur les fortunes des gens parmi les plus riches de notre société.

Legault mis au défi

Le plan de QS intitulé “Se relever ensemble” propose que la solidarité continue d’être “notre étoile du Nord” pour la construction du Québec d’après pandémie.

“On met le premier ministre François Legault au défi”, a déclaré Mme Massé en conférence de presse.

“Pour la relance économique du Québec, M. Legault doit arrêter de faire de la politique à la petite semaine et présenter à la population un plan qui se tient et qui sera basé sur les leçons apprises durant la crise.”

Le budget 2021-2022 du gouvernement du Québec sera déposé plus tard que prévu cette année, et sera rendu public, exceptionnellement, sans la présence de hordes d’experts et d’observateurs.

Le retour à l’équilibre budgétaire n’est pas prévu avant 2025-2026, l’échéance ultime pour se conformer à la loi.

Mardi, M. Nadeau-Dubois a dit s’inquiéter que le gouvernement privilégie l’aide aux entreprises au détriment des services sociaux et du renforcement du filet de protection sociale.

″Ça m’inquiète parce que M. Legault, bien qu’il se prétend pour la laïcité, est partisan d’une religion économique: la religion du déficit zéro.

“Depuis le début de sa carrière politique, François Legault est un apôtre de la doctrine du déficit zéro. Il cite lui-même Lucien Bouchard comme un de ses exemples en politique.

“Donc, oui, moi ça m’inquiète que la relance du Québec soit bloquée, freinée par le manque d’ambition de M. Legault et par son adhésion dogmatique et idéologique au déficit zéro”, a déclaré M. Nadeau-Dubois.