POLITIQUE
16/11/2019 14:39 EST

Québec solidaire misera sur l’indépendance pour tenter de gagner les prochaines élections

«Moi, je n’en ai jamais rencontré à Québec solidaire, des fédéralistes de gauche», a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois.

Graham Hughes/La Presse canadienne
Photo d'archives de Gabriel Nadeau-Dubois.

LONGUEUIL, Qc — Québec solidaire (QS) semble écarter les fédéralistes de gauche: le parti misera sur l’indépendance pour gagner les prochaines élections. 

«Moi, je n’en ai jamais rencontré à Québec solidaire, des fédéralistes de gauche», a déclaré samedi le leader parlementaire Gabriel Nadeau-Dubois en congrès à Longueuil.

«S’il y en avait, je leur demanderais de m’expliquer en quoi ils veulent faire la transition écologique, la réconciliation avec les premiers peuples et la justice fiscale à l’intérieur du Canada», a-t-il ajouté.

Quelque 600 militants de QS sont réunis en congrès ce week-end pour parler indépendance et environnement. Le congrès a comme thème «Prendre le pouvoir, transformer le Québec».  

La formation politique tente notamment de se distinguer du Parti québécois (PQ) en votant des mesures précises pour faire du Québec un pays. Plusieurs «gestes de rupture» avec Ottawa sont envisagés, et ce, dès l’arrivée au pouvoir de QS.

Si QS remporte les prochaines élections en 2022, il appellerait une assemblée constituante, rédigerait une nouvelle Constitution et la soumettrait à un référendum dans un premier mandat.

En attendant que le Québec obtienne sa pleine indépendance, il y aurait des «gestes de rupture»: tous les impôts, taxes et contributions fédéraux payés au Québec seraient dorénavant perçus par le gouvernement du Québec, par exemple.   

Jamais un parti politique au Québec n’aura eu une démarche indépendantiste aussi claire et décomplexée, a affirmé le député de Jean-Lesage, Sol Zanetti.

«Le but, ce n’est pas de dire aux fédéralistes: “Vous n’êtes pas les bienvenus”. L’idée, c’est de dire: “Engageons la discussion”», a-t-il dit.

Le militant de longue date François Saillant — candidat de QS dans la circonscription de Rosemont en 2007, 2008 et 2012 — a contredit M. Nadeau-Dubois et assuré que QS comptait aussi des fédéralistes. 

Ces gens-là ne sont pas «tout à fait à l’aise» avec le projet indépendantiste de QS, mais ils sont tout de même les bienvenus, a-t-il déclaré.

À voir: le climat dégénère à l’Assemblée nationale