POLITIQUE
20/11/2020 13:11 EST

Québec centralise la gestion des plaintes pour abus dans le monde du sport

Un officier indépendant pourra notamment informer la DPJ si un dossier implique un athlète d'âge mineur.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne

Le gouvernement du Québec ne veut plus avoir à revivre des scandales comme celui de l’entraîneur de ski alpin Bertrand Charest, ou encore celui impliquant l’équipe nationale de natation artistique. 

Ainsi, la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a annoncé une politique en matière de protection de l’intégrité, qui inclut un mécanisme indépendant de la gestion des plaintes d’abus et de harcèlement. 

Un poste d’officier indépendant de traitement des plaintes a donc été créé, et il aura pour mandat de traiter les plaintes en provenance de toutes les fédérations sportives québécoises - peu importe le niveau des athlètes impliqués. 

Selon Mme Charest, «il s’agit d’un immense pas vers l’avant» puisque jusqu’ici, la gestion des plaintes relevait des diverses fédérations selon «une géométrie variable».

L’officier pourra notamment informer la Direction de la protection de la jeunesse si un dossier d’abus implique un athlète d’âge mineur, et aura la possibilité de judiciariser le processus - si nécessaire. 

Les victimes d’abus ou de harcèlement pourront déposer une plainte en remplissant un formulaire qui sera disponible en ligne, sur le site de chacune des fédérations sportives québécoises, ou encore de manière verbale par l’entremise de l’organisation Sport’aide.

Cette politique entrera officiellement en vigueur à compter du 1er février 2021, a-t-on précisé.

Par ailleurs, Mme Charest a annoncé un investissement de 1,4 million $ afin de favoriser la sécurité dans les loisirs et le sport. 

Elle a aussi réitéré son message d’espoir en vue de la relance des sports organisés en indiquant qu’elle «continue de discuter avec la Direction de la santé publique». Aucune annonce significative n’a toutefois été faite en ce sens.