POLITIQUE
03/04/2020 11:26 EDT | Actualisé 03/04/2020 14:07 EDT

Québec demande l'intervention de l'armée dans le nord de la province

Dans le but de prêter main-forte aux communautés nordiques isolées.

MICHEL COMTE via Getty Images
Au printemps dernier, les Forces armées canadiennes avaient été appelées pour aider les citoyens lors des inondations au Québec.

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé vendredi avoir reçu une demande du gouvernement du Québec pour que l’armée prête main-forte aux communautés nordiques isolées.

“On sait que les Rangers canadiens sont toujours présents dans le Nord pour aider dans les communautés, pour aider à servir”, a souligné M. Trudeau, ajoutant que ceux-ci vont “aider à installer des tentes et de l’infrastructure médicale” au nord du 55e parallèle.

Selon Radio-Canada, ils aideront aussi à faire des tests de dépistage de la COVID-19.

Ottawa avait déjà promis que les Forces armées canadiennes étaient prêtes à répondre à une demande d’une province, d’un territoire ou d’une municipalité qui en ferait la demande.

Cette annonce survient alors que le Nunavik a annoncé un confinement imposé aux 14 communautés. Tous les vols à destination et en partance du Nunavik ainsi qu’entre les communautés sont donc annulés jusqu’à nouvel ordre. On compte deux cas de la COVID-19 dans le Nord-du-Québec.

M. Trudeau a aussi annoncé que 100 millions $ seront consacrés pour répondre aux besoins alimentaires les plus urgents, y compris des peuples autochtones et des populations du Nord.

Annonces du jour

Ottawa a conclu une entente avec Amazon Canada pour acheminer du matériel médical aux provinces et territoires.

La multinationale utilisera son réseau de distribution afin d’assurer la livraison d’équipement “là où on en a le plus besoin”, a déclaré M. Trudeau.

Le fédéral devance également le versement du crédit de la TPS pour les Canadiens à faible revenu.

Le gouvernement avait initialement prévu le verser au mois de mai, mais M. Trudeau a déclaré que l’argent sera livré ce mois-ci. Les adultes admissibles pourraient recevoir jusqu’à 300 $ et jusqu’à 150 $ par enfant.

L’Ontario sur le radar

Les autorités de la santé publique en Ontario disent qu’entre 3000 et 15 000 personnes dans la province pourraient mourir même avec les mesures en place.

Sans mesures robustes, ce chiffre pourrait gonfler à 100 000 décès.

Mais les administrateurs de la santé publique du Canada mettent en garde contre ces projections.

Dre Theresa Tam dit que même si ces chiffres semblent “très élevés”, ils ne se basent pas sur des données réelles. Ce ne sont que des projections, dit-elle.

Son adjoint, Dr Howard Njoo, a souligné le “bon travail” de l’Ontario. Seul bémol: ces projections se basent sur des données d’il y a deux, trois, voire même quatre semaines, a-t-il souligné.

Le fédéral devrait être en mesure de dévoiler ses propres projections “dans les prochains jours”, selon la ministre de la Santé, Patty Hajdu.

Nombre de cas

Le Canada compte 11 747 personnes infectées par la COVID-19 et déplore 152 décès, selon l’Agence de la santé publique du Canada.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux disponibles: 6101 au Québec, dont 61 décès; 3255 en Ontario, dont 67 décès; 1121 en Colombie-Britannique, dont 31 décès; 968 en Alberta, dont 13 décès; 206 en Saskatchewan, dont trois décès; 193 en Nouvelle-Écosse; 183 à Terre-Neuve-et-Labrador, dont un décès; 167 au Manitoba, dont un décès; 91 au Nouveau-Brunswick; 22 à l’Île-du-Prince-Édouard; six cas au Yukon; deux cas dans les Territoires du Nord-Ouest. On n’a rapporté aucun cas au Nunavut.

Plus de 290 000 personnes ont été testées au pays depuis le depuis de la pandémie.

À VOIR: l’alcool, “essentiel” en période de coronavirus?