POLITIQUE
19/08/2019 16:54 EDT | Actualisé 20/08/2019 07:41 EDT

Québec accorde une aide de 5 millions $ au Groupe Capitales Médias

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a également annoncé que Martin Cauchon avait démissionné de son poste de PDG de Groupe Capitales Médias.

THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson

MONTRÉAL - Le gouvernement du Québec s’engage à offrir une aide d’urgence de 5 millions $ - sous forme de prêt - au Groupe Capitales Médias (GCM) pour éviter qu’il ne mette la clé sous la porte de ses six quotidiens, dont “Le Soleil” de Québec et “Le Droit” d’Ottawa-Gatineau.

L’argent sera remis par l’intermédiaire d’Investissement Québec, a annoncé à Montréal, lundi après-midi, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, en compagnie de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

GCM connaît des problèmes de liquidités depuis un certain temps. Des médias avaient rapporté que la survie des publications n’était pas assurée après le 26 août. “Une insolvabilité allait survenir cette semaine”, a même dit M. Fitzgibbon lundi.

Groupe Capitales Médias veut donc se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et a déposé lundi une demande afin d’obtenir la protection des tribunaux. Cet avis constitue habituellement la première étape d’un processus pouvant mener à la faillite si les démarches de l’entreprise pour se restructurer se révèlent infructueuses. Si la demande est acceptée par un tribunal, cela pourra déclencher la remise du 5 millions $.

“Il est impossible d’envisager la fermeture de ces six journaux”, a déclaré le ministre Fitzgibbon en point de presse.

Par ce prêt intérimaire, il dit vouloir favoriser le maintien de l’information régionale et préserver les 350 emplois.

“C’est le journalisme qu’il faut protéger et non un propriétaire de presse en particulier, et c’est ce que nous faisons aujourd’hui”, a fait valoir la ministre Nathalie Roy.

Le ministre Fitzgibbon a tenu à souligner que le gouvernement ne deviendra pas actionnaire de GCM, mais que le montant servira à mettre en place un processus légal “qui permettra la sollicitation d’offres pour la vente en partie ou en totalité des activités de GCM à un ou des repreneurs”.

Il a également annoncé que Martin Cauchon avait démissionné lundi de son poste de président exécutif de Groupe Capitales Médias, mais que celui-ci assurera ses fonctions jusqu’à l’arrivée de Stéphane Lavallée à titre de PDG exécutif intérimaire.

Cette somme d’un maximum de 5 millions $ devrait permettre aux six quotidiens du groupe de maintenir toutes leurs activités de publication, pour une période allant jusqu’au 31 décembre, au moins.

“Il n’y a aucun impact pour les lecteurs, les distributeurs, les camelots et les annonceurs”, a déclaré par communiqué CGM, se faisant rassurant.

Après la conférence de presse du ministre Fitzgibbon, le PDG du Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon, a publié un message sur le site du quotidien Le Soleil, dans lequel il écrit que les quotidiens du groupe “sont affectés par une baisse des revenus publicitaires résultant de la concurrence féroce que livrent les géants des réseaux sociaux que sont Facebook et Google”.

Il est à noter que Groupe Capitales Médias, créé en 2015, est un abonné de l’agence La Presse canadienne.

Outre “Le Soleil” et “Le Droit”, l’entreprise possède “Le Nouvelliste” de Trois-Rivières, “La Tribune” de Sherbrooke, “La Voix de l’Est” de Granby et “Le Quotidien” de Saguenay.

L’entreprise avait déjà reçu un prêt de 10 millions $ de Québec en 2017.

Des soupirs de soulagement ont fusé dans les régions desservies par ces journaux peu après l’annonce, en provenance de Québec et de Gatineau, en autres.

“Pour une grande ville comme Gatineau, il est essentiel d’avoir un quotidien. Il n’y a pas de vraie démocratie sans médias. Il faut une solution de fond pour que les entreprises qui produisent de l’information essentielle soient capables d’en vivre”, a déclaré le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Et pour la suite?

Québecor est intéressé par les journaux de GCM. Pierre Karl Péladeau l’a confirmé lundi en entrevue au micro de Benoît Dutrisac de QUB radio. Le président et chef de la direction de l’empire médiatique a indiqué que son groupe est le seul qui est en mesure d’offrir ce qu’il faut pour assurer la pérennité et la solidité des salles de rédaction de ces quotidiens.

Mais selon le ministre Fitzgibbon, beaucoup d’intéressés se sont manifestés, dont des “gens locaux”.

Les syndicats CSN des quotidiens régionaux ont aussi montré de l’appétit à participer financièrement à la relance des opérations de ces médias écrits.

“L’un des scénarios qui nous semblent porteurs d’avenir serait de constituer une coopérative de travailleuses et de travailleurs de l’information qui deviendrait actionnaire des quotidiens du Groupe Capitales Médias, en partenariat avec d’éventuels investisseurs. C’est en ce sens que nous consulterons l’ensemble des membres des syndicats concernés au cours des prochains jours”, a révélé par communiqué la présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), Pascale St-Onge.

Le syndicat Unifor qui représente une centaine de salariées ?uvrant à La Tribune de Sherbrooke et au Quotidien de Saguenay, a également salué l’aide du gouvernement, soulignant, par voie de communiqué, l’importance des médias régionaux et de la presse écrite.

“Il s’agit de la survie même des nouvelles locales et de manière plus large, de la démocratie”.

Et puis, malgré cette aide d’urgence, le gouvernement caquiste dit vouloir trouver une solution globale à la crise que traversent les médias.

Il va donc de l’avant avec son plan de tenir une commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information, qui aura lieu du 26 au 30 août. Il dit aussi être en train de finaliser son programme d’aide universel aux médias écrits.