OPINION
13/07/2019 08:00 EDT | Actualisé 14/07/2019 09:40 EDT

Quand Air Canada profite de ses clients…

Avec l'arrivée des vacances, j'ai essayé de réserver un billet prime pour un vol Montréal-Londres en utilisant mes milles Aéroplan que j'accumule depuis 20 ans. Au moment du paiement, en plus des 60000 milles, un montant supplémentaire de 701 dollars était exigé.

Jasmin Merdan via Getty Images
Comment peuvent-ils facturer 701 dollars en plus de 60 000 milles alors qu’en ligne le billet coûtait seulement 867 dollars?

En examinant la répartition des frais, j’ai réalisé que, de ce montant, 430 dollars était un «supplément du transporteur» - des frais qu’Aéroplan perçoit au nom d’Air Canada.

Comme ma fille a un compte chez United Airlines, j’ai essayé de réserver exactement le même billet prime sur son compte. 

Le même vol d’Air Canada était disponible, également pour 60 000 milles, mais à ma grande surprise, il n’y avait pas de supplément pour le transporteur et les taxes totales ne s’élevaient qu’à 271 dollars.

Des questions

J’ai envoyé quelques questions à Air Canada et à Aéroplan. En effet, comment peuvent-ils facturer 701 dollars en plus de 60 000 milles alors qu’en ligne le billet coûtait seulement 867 dollars? Et comment se fait-il qu’il soit possible de réserver exactement le même billet avec les miles United et de payer juste 271 dollars en taxes? 

La porte-parole n’a pas répondu à mes questions. Toutefois, elle a ajouté que «les suppléments carburants et les suppléments pour les transporteurs sont déterminés par le marché.»

La réponse d’Aéroplan a été la suivante: «tous les billets réservés par d’autres programmes de fidélisation au Canada sont également assujettis à ces taxes, frais et suppléments.»

Air Canada et peut-être d’autres programmes de fidélité exigent des centaines de dollars pour les voyages de récompense parce que le marché n’est pas assez concurrentiel et que les clients sont mal informés et fidèles.Amir Barnea

Très peu de valeur 

Les programmes de fidélisation sont très forts au Canada. Aéroplan, par exemple, compte plus de cinq millions de membres. Les banques et les compagnies aériennes canadiennes font une promotion énergique des cartes de crédit et des autres produits financiers associés à ces programmes. 

Les rêves de vacances se vendent facilement. Mais en fait, ces programmes n’offrent que très peu de valeur. 

Haryadi Bakri / EyeEm via Getty Images
Que peuvent faire les clients, qui accumulent des miles principalement par le biais d’achats par carte de crédit et de vols effectués?

Le supplément du transporteur a été instauré en 2008, à une époque où le prix du pétrole avait grimpé jusqu’à 145 dollars le baril (ou 170 dollars en dollars courants), et ce supplément avait été établi pour compenser la hausse du prix du pétrole. 

Aujourd’hui, le prix du baril est d’environ 50 dollars. Ces frais n’ont donc aucune justification économique, mais Air Canada continue d’imposer ces frais.

Alors que faire? 

Que peuvent faire les clients, qui accumulent des miles principalement par le biais d’achats par carte de crédit et de vols effectués? Une option: échanger des milles Aéroplan contre des vols exploités par des compagnies aériennes qui ne facturent pas de surtaxe aux transporteurs. 

Une deuxième: ouvrir un compte dans une compagnie aérienne internationale qui n’impose pas cette surcharge, et déposer les milles accumulés sur les vols d’Air Canada dans ce compte.  

Vichien Petchmai via Getty Images
Air Canada a conclu en janvier l’acquisition d’Aéroplan. 

Finalement: remplacer les cartes de crédit Aéroplan par des cartes de remise en argent qui offrent une valeur beaucoup plus élevée. Certaines de ces cartes offrent jusqu’à 4% de rabais sur les achats d’épicerie et d’essence.

Air Canada a conclu en janvier l’acquisition d’Aéroplan. Alors qu’elle se prépare au lancement de son nouveau programme de fidélisation, elle devrait s’efforcer d’offrir à ses clients «le meilleur rapport qualité-prix» comme elle le souligne sur son site Web. 

Une bonne première étape serait d’éliminer la pratique de la surtaxe imposée par le transporteur sur les primes-voyages qui dure depuis dix ans. Ces frais sont tout simplement inacceptables.

La section Perspectives propose des textes personnels qui reflètent l’opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.