Perte de cheveux et rajeunissement : toute la vérité sur le PRP

Injection de plasma riche en plaquettes, «vampire lift», lifting vampirique sont tous des synonymes de cette procédure esthétique qui fait fureur.

Kim Kardashian en est folle, les influenceurs aussi. Le PRP gagne en popularité auprès de ceux qui désirent améliorer l’apparence de leur peau. Décryptage de la procédure esthétique.

C’est quoi?

L’injection de plasma riche en plaquettes est une intervention non invasive qui consiste à stimuler la régénération des tissus en injectant le plasma issu de son propre sang centrifugé.

L’effet recherché est une peau du visage plus pulpeuse et éclatante, des pores resserrés, avec des signes de l’âge moins apparents. Injecté sur le cuir chevelu, le PRP aide à stimuler la (re)pousse de cheveux de manière naturelle, sans prise de médicaments.

«Les plaquettes contenues dans le plasma vont éclater une fois injectées dans la peau et envoyer des signaux pour que toutes les lignées de cellules se réveillent et se remettent en marche, illustre Dre Chloé Sylvestre, omnipraticienne propriétaire de la clinique médico-esthétique Chloé à Montréal. Donc de nouveaux vaisseaux sanguins vont être fabriqués, permettant une meilleure circulation de l’oxygène et des nutriments. Il y aura aussi production de collagène à cause de la stimulation des fibroblastes, qui va donner de l’éclat à la peau. [...] Je compare ça à mettre de l’engrais.»

La procédure étape par étape :

  • Prélèvement sanguin dans le bras (comme une prise de sang de routine)
  • Passage de l’échantillon sanguin dans la centrifugeuse qui séparera le plasma de toutes les autres composantes du sang, dont les globules rouge
  • Nettoyage de peau pour retirer les impuretés à la surface de la peau
  • L’échantillon sort de la centrifugeuse. On peut voir le plasma à la surface, une solution jaune séparée du sang rougeâtre.
  • Injection du plasma avec une seringue (certaines cliniques utilisent un fusil-injecteur U225, qui permet une injection plus uniforme de micro gouttelettes et stimule doublement le derme)
  • Application d’un hydratant apaisant
  • On laisse en place pendant 24h sans laver le visage ni les cheveux pour une action maximale

Bon à savoir :

  • Le PRP est reconnu pour ses propriétés antioxydantes et régénératrices. C’est pourquoi il est aussi employé dans d’autres secteurs de la santé : avant certaines chirurgies pour préparer le milieu cellulaire au choc qu’il recevra, avant une greffe capillaire pour améliorer la prise du cheveu et même en médecine sportive.

Ça fait mal?

On a compris le sens de l’expression : «il faut souffrir pour être belle» en essayant le PRP. Évidemment, ça n’a rien à voir avec les procédures invasives, comme les liftings, liposuccions, rhinoplastie, etc, mais les aiguilles sont désagréables dans certaines zones, comme le tour de la bouche, le contour des yeux et la racine des cheveux. Les infirmiers ou médecins injecteurs proposent parfois de prendre une pause si la douleur est trop intense.

Et ne pensez pas aller dans un événement mondain juste après le traitement. La peau est tachetée de micro bulles de sang et quelque peu enflée. Rien de trop apparent ou désagréable dans notre cas.

Ça marche?

Les bienfaits ne sont pas immédiats. On les perçoit plutôt de deux à quatre semaines plus tard, lorsque les vaisseaux sanguins se seront régénérés et que le collagène libéré aura fait son plein effet. C’est là que le fameux «glow» apparaît.

Le PRP ne fait pas disparaître les rides et les cernes, mais bien les ridules de manière passagère. Il aidera particulièrement les peaux abimés par le soleil, qui ont tendance à friper. «C’est un beau traitement de glaçage», résume parfaitement Dre Sylvestre.

Pour lisser davantage le derme, combler une perte de volume et prévenir la formation de nouvelles rides, il faut plutôt se tourner vers les injections de comblement ou de toxine botulique (Botox).

Pour ce qui de la repousse capillaire, ne vous attendez pas à un miracle non plus. Oui, les cheveux gagnent en densité, sont plus forts, donc cassent moins et les zones clairsemées semblent plus fournies, mais ça ne fait pas pousser de nouveaux cheveux.

Dre Sylvestre de la clinique Chloé le dit elle-même : «le meilleur moment pour recevoir le traitement, c’est quand tu vois que ça commence à tomber. Il reste des follicules ou bulbes endormis qu’on peut réveiller». Autrement, s’ils sont déjà morts depuis longtemps, que vous êtes en mode boule de quille sur le coco, il y a malheureusement peu de chance de retrouver votre tignasse des beaux jours.

Les résultats peuvent aussi énormément différer d’un patient à l’autre. «Il y aura une amélioration, ça, c’est certain. Mais aura-t-on une densification de 10% ou de 70%, ça, c’est du cas par cas. J’ai des patients que les résultats sont à se jeter par terre puis d’autres qu’on se dit “ouin, c’est plus décevant“. À ce moment-là, on combine avec d’autres traitements médicaux

Ça coûte combien?

Généralement entre 600 et 1200$ pour un traitement. Et environ 2000 à 4000$ pour une cure de quatre traitements.

Interventions esthétiques en temps de COVID-19

Bonne nouvelle : les centres esthétiques demeurent ouverts au Québec, même dans les zones rouges, pour l’instant.