TÉMOIGNAGES
18/12/2020 15:47 EST

J'ai commencé à prendre du Prozac. Voici ce que ma famille conservatrice a appris.

Dans ma famille, nous avions une vision assez conservatrice de la santé mentale. Nous pensions que ce type de problèmes n'arrivait qu'aux autres.

Courtoisie/Stacia Datskovska
L'autrice Stacia Datskovska.

En mai, je me suis retrouvée en boule sur le sol de la cuisine. Je me sentais comme engourdie et j’étais en pleurs. Ma mère était à côté de moi et me suppliait d’arrêter. Finalement, quand elle a réalisé que je ne répondrais pas, elle s’est mise par terre, s’est collée sur moi et m’a prise dans ses bras.

Nous sommes restées comme ça pendant un certain temps - une version très triste de la cuillère. À un moment donné, j’étais trop épuisée pour pleurer plus longtemps et ma hanche a commencé à me faire mal à cause du plancher, alors je me suis levée et je suis allée me coucher. Il était à peine 14 h.

Ce n’est pas cet épisode qui a finalement poussé mes parents à décider que leur fille adolescente avait besoin d’une intervention extérieure pour une dépression. Beaucoup d’autres ont suivi et incluaient des combinaisons de crises de larmes intenses, de crises de panique et de catatonies, qui m’ont toutes laissée épuisée. Finalement, après ce qui semblait être des mois de lutte, ma mère et moi avons décidé de prendre un rendez-vous téléphonique avec notre médecin de famille. Il s’agissait d’une brève séance de 15 minutes maximum, après laquelle on m’a prescrit une dose quotidienne de 10 mg de Prozac.

Le Prozac est un antidépresseur qui est devenu populaire dans les années 1990 et est actuellement l’un des seuls médicaments de ce type à être approuvé pour les enfants et les adolescents. J’ai trouvé les effets du médicament étonnants, mais ce qui m’a encore plus surprise, c’est le temps qu’il a fallu pour arriver au point où mes parents et moi avons réalisé que j’avais besoin d’aide - pas seulement de la téléthérapie, que je recevais depuis un certain temps déjà, mais de ce qui s’apparentait à un traitement chimique invasif.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Dénoncer une situation? Vous pouvez envoyer votre témoignage à propositions@huffpost.com et consulter tous nos témoignages.

Le point de vue de ma famille sur la santé mentale - comme sur beaucoup d’autres enjeux - était généralement conservateur. Nous avions une perception détachée de la santé mentale et nous pensions que les problèmes qui y sont liés n’arrivaient qu’aux autres. Alors, mes parents et moi avons largement évité le sujet dans les discussions quotidiennes et sommes devenus visiblement mal à l’aise avec les histoires de problèmes de santé mentale de nos amis ou de notre entourage.

Malgré que j’aie grandi aux côtés d’une génération qui a appris à célébrer la santé mentale et à déstigmatiser les troubles mentaux, j’ai absorbé les perspectives de ma famille, sans aucun doute. Ça m’a amenée à mettre de côté mes propres crises de tristesse ou d’anxiété en me disant qu’elles étaient temporaires et qu’elles pouvaient être éliminées simplement par la volonté. Chaque fois que je me sentais triste, je me reprochais d’être ingrate, de ne pas trouver la joie et la satisfaction dans ce qui se trouvait tout juste devant moi - comme si la tristesse et la gratitude s’excluaient mutuellement. Comme si la tristesse était toujours un choix.

Ma dépression au milieu de la pandémie a été un signal d’alarme. Elle a mis au jour un soupçon que j’ai toujours entretenu malgré l’avis de ma famille: la maladie mentale peut arriver à n’importe qui, et quand elle le fait, c’est une bête sauvage et impitoyable. Mes parents sont également devenus plus ouverts aux questions de santé mentale (par rapport à qui peut être atteint et à quelles options recourir pour y faire face) après avoir vu leur fille lutter autant - et aller beaucoup mieux grâce à un traitement médical. 

La nouvelle transparence de ma famille et sa volonté de parler de santé mentale ont aussi été un moteur pour mon rétablissement.

Depuis que je prends un antidépresseur, nous parlons plus franchement de nos émotions: les peurs, les inquiétudes, l’excitation ou la mélancolie quotidiennes qui surgissent en chacun de nous, souvent sans prévenir. Pendant l’été, mes parents et moi avons même décidé de commencer à passer du temps ensemble, assis autour de notre feu de camp et à partager ces réflexions. Grâce à nos conversations, nous sommes devenus plus empathiques les uns envers les autres et plus compréhensifs envers tous nos amis et connaissances qui ont vécu ou vivent des expériences similaires. C’était comme une libération.

Dans l’ensemble, le Prozac a changé ma vie en m’aidant à stabiliser mon humeur et à garder une attitude positive. La nouvelle transparence de ma famille et sa volonté de parler de santé mentale ont aussi été un moteur pour mon rétablissement. Mais mon histoire n’est qu’une parmi tant d’autres et il n’existe certainement pas de traitement unique pour les maladies mentales.

Les antidépresseurs ne conviennent pas à tout le monde, et il faut parfois du temps pour trouver un traitement efficace. Certaines personnes peuvent même les contourner complètement, découvrant que la thérapie est tout aussi (voire plus) efficace. D’autres découvrent que la meilleure façon de remédier à leur dépression est de combiner plusieurs traitements. Pour moi, la thérapie n’a apporté que des améliorations progressives et n’a pas fait grand-chose pour prévenir mes problèmes mentaux les plus graves, ce qui explique pourquoi ma famille et moi avons décidé d’aller de l’avant avec la médication.

Courtoisie
L'autrice et ses parents.

Si les effets des traitements pour les problèmes de santé mentale sont propres à chacun, on peut affirmer sans risque de se tromper que la maladie mentale elle-même devient de plus en plus fréquente - surtout chez les jeunes. Une enquête annuelle réalisée en 2020 par l’American Psychological Association a révélé que les membres de la génération Z sont les plus stressés, ce qui laisse présager une crise de santé mentale chez les adolescents qui risque de s’aggraver.

Il est possible d’interpréter ces résultats - en particulier le nombre de jeunes dont les maladies mentales persistent sans être traitées - comme étant liés à des défis tels que les prix élevés des soins de santé mentale ou les outils de diagnostic limités pour détecter les troubles mentaux. Mais s’il y avait un autre coupable, qui est simplement le fait d’éviter le sujet des maladies mentales dans les familles? De nombreux parents, tout comme les miens il y a tout juste un an, peuvent être mal à l’aise à l’idée d’entamer des conversations avec leurs enfants sur la santé mentale, et ça peut faire en sorte que les problèmes passent inaperçus pendant trop longtemps.

Lorsqu’il s’agit de discussions sur la santé mentale, surtout dans une période comme celle que nous vivons, où les jeunes adultes se retrouvent de plus en plus souvent confinés chez eux (et avec les croyances de ceux avec qui ils vivent), les familles doivent faire le choix conscient de l’honnêteté, de la transparence et de la vulnérabilité.

Je suis si heureuse que ma propre famille ait pu faire ce choix. Grâce à ça, je suis maintenant - et nous le sommes tous - plus heureuse et plus en santé que jamais.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.