NOUVELLES
18/02/2021 15:44 EST | Actualisé 18/02/2021 18:07 EST

Un projet de satellites pourrait avoir d'importantes retombées au Québec

Le projet Lightspeed prévoit le déploiement de 298 satellites à 1000 kilomètres au-dessus de la Terre.

Télésat n’a pas encore complété le montage financier de 6,5 milliards $ pour son réseau de satellites de télécommunications, mais s’il se concrétise, le secteur aérospatial québécois, durement éprouvé par la pandémie de COVID-19, devrait récolter plus de 600 emplois ainsi qu’une panoplie de nouvelles activités.

Le gouvernement Legault, qui propose jusqu’à 450 millions $ en soutien financier, a annoncé jeudi la signature d’ententes de principe avec l’entreprise ontarienne MDA et Télésat, dont le siège social se trouve à Ottawa, dans le cadre de projets d’investissement dont la facture atteint 1,8 milliard $.

“C’est un “timing” parfait pour l’industrie aérospatiale”, a affirmé le premier ministre François Legault, en conférence de presse, jeudi, accompagné du ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, et des dirigeants des deux entreprises. Environ 50 % de l’aéronautique se passe au Québec.

Le projet en question est appelé “Lightspeed” et prévoit le déploiement de 298 satellites en orbite basse (LEO) _ à 1000 kilomètres au-dessus de la Terre _ permettant notamment d’offrir l’accès à internet haute vitesse dans des régions éloignées, notamment au Québec et dans le reste du pays. On souhaite procéder aux premiers lancements en 2023.

MDA, qui exploite une usine à Sainte-Anne-de-Bellevue et compte 640 employés, a été retenue pour fabriquer les antennes actives des satellites et dit être en train de finaliser des discussions pour obtenir l’assemblage final des satellites. Elle devrait embaucher 280 personnes.

 

Avec la pandémie, la construction d’avions va évidemment souffrir pendant un certain temps, a souligné le premier ministre François Legault. Il s’agit donc d’un moment parfait pour accélérer le développement des satellites, un nouveau volet d’avenir pour l’industrie aérospatiale.François Legault, premier ministre du Québec

De son côté, Télésat implantera, dans la région de Gatineau, une demi-douzaine de sites, dont un centre d’exploitation du réseau.

“Nous avons évalué la possibilité de s’implanter ailleurs, mais le Québec était un choix évident, a souligné le président-directeur général de Télésat, Daniel Goldberg, au cours d’un entretien téléphonique. Gatineau est près de notre siège social et MDA est aussi présente dans la province.”

De son côté, le président-directeur général de MDA, Mike Greenley, a souligné que les négociations étaient avancées afin de conclure l’entente visant à ce que l’assemblage des satellites s’effectue au Québec

La semaine dernière, l’entreprise avait sélectionné Thales Alenia comme manufacturier principal de son projet dans le cadre d’un contrat évalué à plus de 3 milliards $. Il reste toutefois encore des étapes à franchir à la suite des annonces effectuées par le gouvernement Legault puisque Télésat s’affaire toujours à finaliser les détails financiers de son ambitieux projet.

“Je suis très optimiste, a répondu M. Legault, lorsqu’interrogé sur les chances que les annonces se concrétisent. C’est certain que notre investissement est conditionnel à ce que l’investissement total soit financé.”

Interrogé, M. Goldberg a dit que Télésat négociait avec le gouvernement fédéral et qu’elle amasserait l’argent en se tournant vers les marchés _ l’entreprise devrait faire son entrée au Nasdaq plus tard cette année _ ainsi qu’en empruntant. Ottawa avait consenti, l’automne dernier, une somme de 600 millions $ à Télésat afin qu’elle offre de la bande passante à des exploitants de réseaux de télécommunication.

Le gouvernement Legault met 400 millions $ à la disposition de Télésat, soit 200 millions $ en actions privilégiées ainsi qu’un prêt de 200 millions $. Québec a également consenti un prêt pardonnable de 50 millions $ à MDA qui n’aura pas à être remboursé si certains objectifs en matière de création d’emplois sont atteints.

D’autres sociétés ont également de grandes ambitions: Amazon est

à l’origine d’un projet de 3200 satellites en orbite basse, l’entrepreneur Elon Musk, de SpaceX, envisage un réseau de plusieurs milliers d’unités.

Par voie de communiqué, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a accueilli favorablement les annonces, en soulignant que la connexion internet à large bande par satellite pouvait constituer une option pour les communautés plus éloignées et de moins grande taille.