NOUVELLES
24/02/2020 11:46 EST | Actualisé 24/02/2020 13:45 EST

Harvey Weinstein reconnu coupable d'agression sexuelle et de viol

Le jury délibérait depuis cinq jours.

L’ancien magnat du cinéma Harvey Weinstein a été déclaré coupable au terme de son procès pour viol et agression sexuelle à New York.

Après cinq jours de délibérations, les jurés l’ont reconnu coupable lundi d’agression sexuelle envers l’ancienne assistante de production Mimi Haleyi dans son appartement en 2006 et de viol au troisième degré d’une jeune actrice en herbe en 2013.

Le jury l’a toutefois acquitté de l’accusation la plus grave: agression sexuelle avec prédation, un chef passible de l’emprisonnement à perpétuité. Le chef le plus grave pour lequel il a été reconnu coupable, l’agression sexuelle envers Mimi Haleyi, est passible d’une peine maximale de 25 ans de prison. Les audiences sur la détermination de la peine ont été fixées au 11 mars.

Weinstein, âgé de 67 ans, avait l’air résigné lorsque le verdict a été prononcé. Le juge a ordonné son emprisonnement immédiat. Des constables l’ont entouré et lui ont passé les menottes avant de l’escorter hors de la salle d’audience.

L’ancien producteur hollywoodien utilisait un déambulateur pour entrer et sortir du tribunal depuis un mois. Lundi matin, les constables l’ont tenu par les bras pour l’aider à sortir. Le juge a indiqué qu’il demanderait que Weinstein soit détenu à l’infirmerie - ses avocats ont dit qu’il avait besoin de soins médicaux après une intervention chirurgicale infructueuse au dos.

Les sept hommes et cinq femmes avaient signalé au juge vendredi qu’ils étaient en désaccord sur certains chefs d’accusation. Le juge James Burke leur avait alors ordonné de continuer à délibérer et d’essayer de parvenir à une décision unanime.

Le verdict fait suite à des semaines de témoignages souvent déchirants et détaillés d’une série d’accusatrices qui ont parlé de viols, de relations sexuelles orales forcées, d’attouchements, de masturbation, de propositions obscènes. Weinstein aurait justifié ses gestes en disant aux femmes qu’”à Hollywood, c’est comme ça qu’on fait avancer sa carrière”.

EN VIDÉO: le procureur de Manhattan s’exprime après le verdict (en anglais)

Les accusations avaient été déposées en 2017 après des années de rumeurs dans les coulisses de l’industrie. Ces dénonciations ont donné naissance à #MoiAussi, le mouvement mondial visant à “libérer la parole” des femmes victimes de telles agressions, souvent commises par des hommes de pouvoir.

Plusieurs témoignages

L’affaire contre le puissant producteur autrefois redouté reposait essentiellement sur trois allégations: le viol d’une actrice en herbe dans une chambre d’hôtel à New York en 2013, l’agression sexuelle de Mme Haleyi, et le viol et l’agression sexuelle de l’actrice des “Sopranos” Annabella Sciorra dans son appartement au milieu des années 1990.

Trois autres femmes qui ont également déclaré avoir été agressées par Weinstein sont aussi venues témoigner au procès même si leurs allégations, comme celles de Mme Sciorra, ne faisaient pas partie de l’acte d’accusation à New York. La poursuite voulait montrer que Weinstein correspondait au portrait type du prédateur sexuel.

Les jurés ont signalé leurs difficultés avec le témoignage d’Annabella Sciorra au quatrième jour de leurs délibérations. Vendredi, après avoir examiné des sections de son témoignage et des éléments de preuve connexes, ils ont envoyé une note au juge indiquant qu’ils étaient dans l’impasse sur certains chefs d’accusation mais avaient rendu un verdict unanime sur d’autres. Après un débat dans la salle d’audience, le juge Burke a ordonné aux jurés de poursuivre leur travail.

Bien que Harvey Weinstein n’ait pas témoigné, ses avocats ont soutenu que tout contact sexuel était consensuel et que ses accusatrices avaient eu des relations intimes avec lui pour faire avancer leur carrière.

La défense a saisi le fait que deux des femmes au coeur de l’affaire sont restées en contact avec Weinstein par le biais de courriels chaleureux - et ont eu d’autres relations sexuelles avec lui - bien après les agressions présumées.

Le producteur déchu fait aussi face à d’autres accusations à Los Angeles. Dans cette affaire, annoncée alors que le procès de New York commençait le 6 janvier, les autorités allèguent qu’il a violé une femme et en a agressé sexuellement une autre deux nuits consécutives pendant la semaine des Oscars en 2013. L’une de ces femmes a témoigné en tant que témoin à charge au procès de New York.

À VOIR ÉGALEMENT: